Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


été conservée pure et sans aucune tache dans le siége apostolique. C’est pourquoi, suivant en tout le siége apostolique, et souscrivant à tous ses décrets, j’espère mériter toujours de demeurer dans une même communion avec vous, qui est celle du siége apostolique, dans lequel réside l’entière et vraie solidité de la religion chrétienne, promettant de ne point réciter dans les sacrés mystères les noms de ceux qui sont séparés de la communion de l’Eglise catholique, c’est-à-dire qui n’ont pas en tout les mêmes sentiments que le siége apostolique. "

Observez que c’est ici une règle de foi, fondée sur les paroles mêmes de Jésus-Christ, consacrée par un concile oecuménique, par l’approbation de toute l’Eglise, et que cette règle n’est autre chose que l’enseignement perpétuel du siége apostolique. Refuser d’obéir à un seul de ses décrets, avoir sur aucun point des sentiments contraires