Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/285

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les défendre, sans attaquer, suivant l’expression de deux grands pontifes, la doctrine professée sur l’autorité du Saint-Siège, par toute l’Eglise catholique, la France seule exceptée. il faut donc opter nécessairement entre la doctrine de toute l’Eglise catholique, et la doctrine de la déclaration.

Rejetée, dès qu’elle parut, de toutes les Eglises unies au pape, flétrie en Espagne par des censures expresses, flétrie également en Hongrie, comme absurde et détestable, par un concile national, qui en défendit la lecture jusqu’à ce que le siége apostolique, à qui seul appartient le privilège immuable et divin de terminer les controverses de la foi, eût prononcé son jugement infaillible, elle fut