Page:Defrance - Croquis honnêtes.djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
94
CROQUIS HONNÊTES.

Le Passeur.

On attend le passeur : « Hohé ! passeur, hohé ! »

C’est chose étonnante comme tous les les passeurs se ressemblent. Ils savent, madrés, qu’on ne saurait leur faire concurrence, et ne se pressent que lentement.

Pourtant c’est un joli métier, quoiqu’un peu monotone et fatigant dans les mauvais jours. Mais les passagers sont si curieux à observer.

Tantôt, comme aujourd’hui, ce sont de belles vaches qui flairent l’eau de leurs gros mufles noirs et ne perdent rien de leur quiétude philosophique.

Tantôt, comme hier ; c’est une noce