Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/67

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en Allemagne, en Angleterre, en Russie… et même en Sibérie…

Ce que nous disons du lion, on peut le dire de l’éléphant, du rhinocéros, de l’arni… du palmier…

Le voisinage des hautes montagnes de l’Altaï, de l’Immaüs… donne beaucoup de poids à cette opinion, relativement aux fossiles existans en Sibérie… ; car les sommets de ces montagnes étaient sortis les premiers du sein des mers, dans des tems où la chaleur du globe était considérable : l’éléphant, le rhinocéros… pouvaient donc y vivre. Ils ont ensuite descendu dans les plaines du Nord arrosées par l’Ob, la Léna, l’Irtisith, la Jénisai… comme aujourd’hui ils descendent de la partie méridionale de ces montagnes, pour descendre dans les plaines de l’Indus, du Gange, du Ménon, du Kiarg, du Hoan…

On doit dire qu’en général les êtres organisés, qui ont commencé à exister sur les hautes montagnes, ont descendu dans les plaines en suivant les grandes vallées où coulaient les fleuves. Plusieurs causes y ont concouru.

1°. La température, qui devenait trop froide sur les montagnes.

2°. Une nourriture plus abondante dans les plaines.

Cette cause paraît satisfaire à tous les phénomènes qu’offre notre hémisphère boréal.

L’hémisphère austral du globe contient également des fossiles. Mais nous n’en connaisons pas assez la nature. Il faut donc attendre de nouvelles observations, de nouveaux faits…

On trouve dans plusieurs continens, comme dans l’ancien continent et l’Amérique, des fossiles des mêmes animaux, l’éléphant, le mastodonte… C’est que ces animaux ont été produits primitivement dans ces diverses contrées, et n’ont pas passé de l’une dans l’autre.