Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, XII.djvu/557

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Descartes en Suède. 5 1 ^

P. Bourdin, au collège des Jésuites, contre la Dioptriqiie de Descartes, persuadé que celui-ci saurait bien se défendre'. Esprit sérieux, il était tout disposé à goûter la conversation du philosophe, et on comprend qu'une solide amitié se soit nouée aussitôt entre eux. Chanut voulait déjà, en 1644, faire obtenir à son nouvel ami une pension du roi*", afin sans doute de le retenir en France; il fit même à la cour quelques démarches à cet eflfet, mais qui n'aboutirent pas.

Aussi l'année suivante, en 1645, lorsque Descartes apprit que Chanut était nommé résident du roi à Stockholm, et devait bientôt traverser la Hollande, pour se rendre à son poste, il parla de lui à Wilhem comme d'un de ses meilleurs amis"-" ; il quitta sa solitude d'Egmond tout exprès pour venir à Ams- terdam passer quatre jours entiers en compagnie du voyageur, et ne s'en revint qu'après avoir embarqué celui-ci avec toute sa famille"^.

François Luillier, p. p. Tamizcy de Larroque, Paris, Techener, 1889.) On lit encore, dans une lettre de Chanut « A Monfieur Chappelain » écrite de Stockholm, le 4 mai 1047 : « . . .Voila, Monfieur, vne faillie du » Refidenl refucillé par le nom de Pbilofophe que vous luy auez donné » en vollre lettre du 25 mars. Ol'crois-je vous dire que, depuis mon '. départ de Krancc, c'ed la première fois que j'ay parlé comme vn i> honime libre ; toute la vie que ie palle icy efl vne feruitude continuelle... » Kn ce moment ie me fuis efchappé à faire le contemplatif: pardonnes » le moy. « {Bibl. Nat., MS. Ir. lïgfjiî, p. 3oo.)

a. Tome 111, p. 54O, I. 10-14 : mars 1642.

b. Tome IV, p. 144-143. Kn reproduisant ce texte de Raillet, nous avrms omis une chose importaïue, l'indication de la soLircc en niari;e Relat. Mf. de Porlicr.

c. Ibid., p. ?oo, 1. 10-23 : ieltre du 29 sept. 1Ô45.

d. Ibid., p. 3i8-l->20. Là se trtmvL-nt les anecdotes rapportées ci-après. l'ius tard, Chanut sera forcé d'aitendre son bai;aL;e quinze j(niis dans celte même ville d'Amsterdam avant de s'embarquer pour la Suède, du 3 nov. au 17 nov. 164'); et Brasset lui écrira, île La Haye, le 17 nov. : •' ...le compati/- à vo/. f(juHVances par vollie long feioiir dans vne ville, " où il inniiis que d auoii de rargeiil à metire en banque, ie n'ay pas » appri/. qu'il v ciill çraiid Jiuci lill'emeni. Pour moy, ic n'y fu/. iamais >• vn iour 0\;deniv fans la poiiur (ur mes efpaulcs, y conipriz celte quantité » de vailleaux qui s'v r aliemblent en celle laiton. . . " \Iiib!. Nal., MS. fr. 17901, p. 734 V.) Pour les inémes raisons peut-être, le séjour d'Amsterdam plaisait à Descartes . voir t. L p. 203-204, "■' '■ ^ P ^'-

�� �