Page:Descaves - La Vie douloureuse de Marceline Desbordes Valmore.djvu/197

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
175
L’ÉPOUSE

sous sa fenêtre, un trèfle ici, une feuille de platane, là… Tous ses amis en recevaient dans les lettres qu’elle leur écrivait, au temps où les fleurs avaient un langage.

Oui, en vérité, ce petit carnet vient de tomber à ses pieds et je l’ai ramassé pour lui rendre une famille et lui refaire un inférieur. Car les choses ont une destinée comme les gens, et celle de ce petit carnet était d’éviter le cimetière d’un musée et de continuer à vivre entre des mains pieuses et quotidiennes.

Il m’apporte les enchantements de la voyageuse, enchantements qui commencent lorsqu’elle franchit les Alpes. « J’ai failli me jeter hors de la diligence pour me mettre à genoux devant Dieu qui a fait tout cela, » écrivait elle à Mlle Mars. Et il ne faudra rien de moins que les déboires prochains pour la précipiter du haut de ces réalités merveilleuses dans le cauchemar des embarras d’argent.

De cette chute, pas un mot sur le carnet. Il est pur de toute préoccupation étrangère

Que la nature prend aux formes magnifiques
Que la nature prend dans les lieux pacifiques.

dirait Victor Hugo. Il ne mentionne pas ce que le ménage a dépensé ici, mangé là et payé un prix exorbitant ailleurs. Il est simplement chargé d’entretenir la flamme intérieure de Marceline et de la distraire des soucis domestiques où la pauvre femme se débat ordinairement.