Page:Descaves - La Vie douloureuse de Marceline Desbordes Valmore.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
L’ENFANT

La maison de leurs parents, plus profonde que large, ne cessait de briller comme une maison neuve, grâce à la précaution que prenait Félix Desbordes de rafraîchir souvent la couleur verte de la porte et des contrevents. Il avait, en outre, payé vingt patards l’autorisation de pratiquer dans la façade, pour y abriter l’image de la Vierge, une niche éclairée jour et nuit et ornée de feuillage et de fleurs, aux grandes fêtes de l’année[1].

Les fenêtres du rez-de-chaussée s’appuyaient sur une sorte d’auvent qu’on appelle en Flandre bouquet de la cave, et cette cave en saillie, où l’on pénétrait par une porte basse à deux ballants, était assez claire et spacieuse pour loger un ancien tambour de régiment, maintenant raccommodeur de souliers, et sa femme, une marchande de verdures, qui étalait ses légumes sur les premières marches de l’escalier.

Un autre escalier, intérieur celui-là, donnait accès chez les Desbordes, qui pouvaient l’emprunter pour communiquer, à la dérobée, avec le dehors.

Leur logement se composait, au rez-de-chaussée, de trois pièces : la salle commune, la chambre de milieu, dite aussi chambre bleue, et la chambre rouge, qui était au fond du corridor et devait son nom à la couleur de son carrelage. On ne l’ouvrait que pour y mettre le couvert dans les

  1. Le patard valait cinq liards. Quatre liards équivalaient à un sou de la monnaie d’aujourd’hui.