Page:Deschamps - Petit prologue pour la distribution des prix, 1854.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



JULIE.

Qu’est-ce donc ? et qui peut ?…Nous allons le savoir :
C’est à deux pas de nous et Louise a des ailes.


CÉLINE.

Ah ! je la vois…


JULIE ET CÉLINE
(À Louise.)

Ah ! je la vois…Eh bien !


LOUISE, accourant.

Ah ! je la vois… Eh bien ! Eh bien ! mesdemoiselles,
Tandis que nous pensions à penser, tout un chœur,
Comme pour nous narguer s’en donnait de bon cœur.
Nos compagnes sont là qui répètent des stances,
Sur de superbes airs, faits pour les circonstances.

(Elle fredonne : Tra, la, la, la !)

Joignons nous-y ! — L’on a des dispositions,
Car nous avons parlé comme si nous chantions !

(Elles s’éloignent et vont se mêler parmi les élèves qui chantent.)
(Le chœur commence.)


Émile DESCHAMPS.