Page:Deschamps - Trois Satires politiques, 1831.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 8 —

Votre règne est passé, je vous le dis : arrière !
A d’autres maintenant l’orageuse carrière ;
A d’autres la tempête ou bien le ciel serein ;
A d’autres le navire au grand timon d’airain.
Le siècle ne veut plus que votre main le tienne ;
Votre religion n’est déjà plus la sienne ;
Votre absolu pouvoir n’est plus sa royauté,
Et votre liberté n’est pas sa liberté.

Août 1830.