Page:Dessaulles - À Sa Grandeur Monseigneur Charles Larocque, évêque de St-Hyacinthe, 1868.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ou $352. Sans doute on l’aura crédité de $200 sur le capital et de $152 sur les intérêts ; et suivant la consciencieuse méthode de ne pas tenir compte des intérêts, M. le Secrétaire affirme qu’il n’a reçu que $200. La famille aurait donc payé en tout en intérêts $718 dont il faudra bien lui tenir compte en Cour, mais que l’on refuse — sans l’ombre d’astuce, probablement — d’admettre devant le public.

Mais maintenant, Mgr, M. Laframboise a en mains plusieurs billets qui avaient été escomptés à la banque au profit de l’Évêché ; c’est-à-dire que l’Évêché en a reçu le montant et que M. Laframboise les a payés. Ces billets, Mgr, dont un de $700 en 1855 et plusieurs autres moindres donnés subséquemment, réglaient intégralement (ou à très peu de chose près) la souscription de $1000 de Mme Laframboise, que l’Évêché affirme n’avoir pas payé un sou !

M. Laframboise est prêt à prouver, Mgr, qu’il a payé à l’Évêché bien près de $1400, et on ne lui tient compte que de $200 ! M. Laframboise aussi aura ses certificats de la banque au besoin.

Et il va sans dire que l’astuce et le mensonge, (les propres mots de V. G.) sont toujours pour nous donateurs !

Voilà encore une question, Mgr, qui ne peut se régler que par la Cour, puisque le silence étant d’or après l’insulte, V. G. s’y réfugie comme dans une forteresse inexpugnable.

V. G. semble, en effet, n’avoir fait qu’un oubli : c’est de n’avoir pas songé, avant sa lettre, que le silence était d’or.


RÉSUMÉ.


V. G. d’après M. le Secrétaire, maintient l’exactitude des livres de l’Évêché. Ils sont tellement exacts qu’ils ne mentionnent pas environ $1800 payées par M. Laframboise et par moi !

M. le Secrétaire affirme que V. G. serait bien fâchée si l’on ne nous rendait pas pleine justice :

Et pourtant, Mgr, quand on n’admet, comme payée par la famille, que la somme de $1680, on ne nous fait que l’insignifiante injustice de retrancher :


D’abord les intérêts portés aux livres 
$ 718
Plus, le montant de deux billets payés par moi 
605
Plus, le montant de plusieurs billets payés par M. Laframboise, formant au moins 
1100

$2423


C’est-à-dire que la pleine justice de V. G. consiste à nous retrancher une somme de $2423 !

C’est-à-dire encore que la pleine justice de V. G. consiste à affirmer publiquement que la famille n’a payé en tout et partout que $1680, quand elle a réellement payé les sommes suivantes :


Sur le capital, (admis par l’Évêché) 
$1680
Sur les intérêts, (portés aux livres, mais non admis devant le public) 
718
Payé par M. Laframboise. (et non entré aux livres) au moins 
1100
Payé par moi (et non entré) 
605

Payé Total 
$4103


Voilà Mgr ce que nous prétendons de bonne foi avoir payé ; et m’est avis que si la Cour supporte nos prétentions, (et nous sommes parfaitement tranquilles là-dessus,) le ni plus ni moins de M. le Secrétaire va se trouver passablement écorché.

Si nous nous trompons, nous sommes en tout temps prêts à l’admettre, et pour rien au monde nous ne nous réfugierons dans la ressource légale. Quand a V. G. sa lettre semble assez fortement indiquer que quand Elle se trompe Elle tient fort a ce que ce soient les autres qui avouent qu’ils se sont trompés ! Or je me surprends à croire que la justice évangélique n’exige pas cela, Mgr.

En voilà assez pour cette fois, Mgr ; et j’espère, après la vacance des Cours, mettre V. G. en position de prouver : 1°. que je suis un homme sans caractère et sans véracité ; 2°. que les livres de l’Évêché sont corrects et bien tenus, et que nous n’avons réellement payé que $1680 sur nos souscriptions.

Au revoir, Monseigneur.