Page:Dessaulles - Six lectures sur l'annexion du Canada aux États-Unis, 1851.djvu/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PRÉFACE.



Ces lectures ou discours ont été lus dans les réunions d’hiver de l’Institut-Canadien, en présence d’auditoires nombreux et choisis. M. Dessaulles cédant aux vœux d’un grand nombre de ceux qui les avaient entendus, consentit à les faire publier.

Ce travail aurait déjà pu être reproduit en entier par la presse, si les matières importantes qui en sont le sujet, n’avaient eu qu’un à-propos passager. Mais on verra en le lisant, qu’un travail de ce genre demandait une forme de publication plus durable que celle de la presse.

Une préface qui n’aurait pour objet que celui de faire le panégyrique de l’auteur et de son œuvre, serait ici parfaitement inutile ; car l’auteur de ce livre est déjà dans cette sphère de réputation où les éloges n’ont plus rien que de fade ; — et, si l’œuvre n’était déjà jugée, il suffirait d’y attacher son nom, pour l’entourer de l’engouement du public.

Les avant-propos qui ne sont si souvent que des pipeaux industriels pour lancer une entreprise littéraire seraient également des hors-d’œuvres, avec un livre comme celui-ci. Car la spéculation n’en a inspiré ni le travail intellectuel, ni les fatigues de l’impression. De part et d’autre, c’est une œuvre de cœur et de conscience, un sacrifice de longues veilles et de rudes travaux, fait à la patrie. Chez l’auteur, comme chez l’imprimeur, ce livre est un de ces actes de dévouement dont les exemples sont malheureusement rares.

Ainsi donc que ce livre soit répandu dans toutes les classes de la population Canadienne ; qu’il soit lu avec avidité, ce fait est pécuniairement indiffèrent à tout le monde ; mais il remplira les vœux les plus ardents, non seulement de ceux qui y ont consacré leurs veilles, mais de tous les véritables amis du pays, qui ont jugé ce travail comme le plus utile qui ait jamais été accompli pour l’amélioration morale, matérielle et politique de la patrie.

C’est là en deux mots, le motif qui a dicté ces quelques lignes.

Et pour atteindre ce but ; pour faire comprendre l’utilité de lire et de faire lire ces lectures, il suffit d’en expliquer le plan et l’esprit.

Depuis plus de trente ans, la population Canadienne-Fran-