Page:Deulin - Les Contes de ma mère l'Oye avant Perrault.djvu/374

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fiaoue ou conte lorrain

I n’y évὸ ine foué in paure hôme, ca ine paure fôme, qu’aviont yonze affants. I n’y en évὸ inque qu’atὸ si ptiat, qu’i n’atὸ me pu gran qu’lo ptiat doye ; on lo hoyôza lo Ptiat Pousset ; ma’ latὸ si hayant, si hayant qu’on n’ peuvo jemâ l’ettrepè.

In jo qu’ les affants dremiont, lo Ptiat Pousset ne dreumô me, mâ il en fayôza sambiant. I hoyeù sὸ père qu’ d’hὸ :

— J’ons yonze affants et j’nons pû d’ pain po les neurri. Comma t’a-ce que j’ frons ? je n’ les veu me voër meuri d’ faim d’vaint meu : j’amerὸ meu qu’i soyinssent pagùs dains lo bos.

Lè fôme d’heu qu’alle ne v’lὸ me qu’i soyinssent pagùs, a qu’alle meurerὸ pitô qu’ de les mauënè po celet dains lo bos. Mâ lo pére li d’heùch qu’i les mouënerὸ dains lo bos das qu’i ferô jô.

Lo Ptiat Pousset, qu’évὸ hoyï so pére, s’ leuveù dvaint lo jô, a s’en alleù dsi lo bord d’ lè r’vire, a rèmesseù tôt pien de biancs cayïoux,