Page:Devaux - Les Fellatores, mœurs de la décadence, 1888.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’insanité d’esprit des vieux qui l’entouraient toujours en la pinçant.

Elle voulait maintenant partir, n’ignorant rien de la dégradation d’Arthur et se maudissant d’avoir aimé un bellâtre crapuleux.

Ce n’était pas le compte de Boïard. Il avait promis une entrevue, elle l’obtiendrait.

Quand Clapotis quitta le grand salon pour se retirer dans une pièce voisine, le Russe le suivit, entraînant par le poignet Alice épouvantée.

Il était temps. Les têtes échauffées par le spectacle du concours demandaient le complément de la fête.

Des couples tournaient, roulaient sur le tapis ; Bock donna le signal. Le gaz s’éteignit, et l’obscurité voila des embrassements monstrueux.

En entrant dans la pièce voisine, Boïard poussa le verrou.

Devant lui, Clapotis quittait son costume à la lueur de deux bougies.