Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/211

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Si vous en avez dans l’aile,
Plaignez-vous adroitement. S. Amant.

On dit aussi, voler à tire d’aile ; pour dire, d’un vol prompt & vigoureux ; & figurément, d’un grand empressement, d’une vîtesse grande & précipitée, d’une ardeur prompte comme en ces vers,

Cette vengeance, aussi-tôt qu’elle appelle,
On part, on court, on vole à tire d’aile.
On ne lui plaint ni dépense ni soin ;
Contre quiconque on soutient la querelle.

Et en ceux-ci,

Elle a beau faire, la cruelle, (la goutte)
Elle ne peut durer toujours :
Et nous irons en dépit d’elle,
Dans vos cantons, à tire d’aile,
Vous relancer un de ces jours.

Une aile étendue, avec ce mot, Serpere nescit, marque dans Aresi l’élévation du génie. Une aile avec ce mot. Non sufficit una, une seule ne suffit pas, signifie qu’une vertu, ou une bonne qualité seule, ne suffit pas pour quelque entreprise. L’Académie de Philoponi : c’est-à-dire, des amateurs du travail, de Faënza, a pour devise une aile mise en éventail, dont une main chasse les mouches, avec ces mots, Fugantur desides, on chasse les fainéans. Deux ailes, avec ces mots, Portantem portant, elles portent celui qui les porte, marquent un secours réciproque.

Les ailes, selon Platon, sont l’hiéroglyphe de l’intelligence ; & les ailes d’or que le prétendu Orphée donne au premier né de Saturne, sont, au sentiment du P. Kircher, le symbole de la sagesse de l’ame du monde, dans les idées platoniciennes.

Aile, s. f. C’est un mot qui vient de l’Anglois ale, & qui est en usage à Paris. La première syllable se prononce un peu long. C’est une sorte de bière Angloise, qui se fait sans houblon, & qui est plus forte & plus chargée que la bière ordinaire.

AILÉ, ÉE. adj. Qui a des ailes. Alatus. Les Poëtes appellent les oiseaux, les peuples ailés. Les papillons, ses cigales, sont des insectes ailés. Les bonites sont des poissons ailés, qui se trouvent assez communément sur l’Océan Atlantique.

☞ On représente ordinairement un foudre ailé pour symbole de la puissance & de la vitesse.

En termes de Blason, on appelle un oiseau ailé, quand ses ailes sont d’un autre émail que son corps. On appelle aussi ailé, tout ce qui est peint avec des ailes, quoique contre sa nature : comme un cerf ailé, un cœur ailé, des dragons, des serpens ailés, une main ailée, une tête de léopard ailée, une bande ailée, &c.

Ailé. Alatus, se dit en Botanique des tiges qui sont garnies dans leur longueur de feuillets membraneux. Plusieurs espèces de chardons ont leurs tiges & leurs branches ailées. On appelle aussi feuilles ailées, celles qui sont composées de plusieurs petites feuilles égales, ou inégales, & qui sont rangées sur une même côte, ensorte que toutes ensemble, elles ne font qu’une même feuille. Folia alata, ou pennata. Telles sont les feuilles d’aigremoine, de la reine des prés, de l’acacia, du frêne, &c. Voyez Aile, en Botanique.

☞ AILERON. s. m. Extrémité de l’aile des oiseaux à laquelle tiennent les grandes plumes de l’aile. Extrema ala.

Aileron, se dit aussi des nageoires des poissons qui leur servent comme d’ailes, ou de rames pour s’agiter dans l’eau. Pinna. C’est un poisson qu’on voit le dos appuyé contre sa coquille, qui lui sert comme de proue : sa tête, qu’il éleve, lui tient lieu de voiles ; & ses ailerons sont ses rames, Ablanc.

Aileron. Terme d’Anatomie. Voyez Aile.

Aileron, signifie aussi, les planches de bois sur lesquelles tombe l’eau pour faire tourner les roues des moulins à eau. On les appelle autrement alichons, ou volets.

On appeloit aussi autrefois ailerons de petits bords d’étoffe qu’on mettoit aux pourpoints, pour couvrir les coutures du haut des manches.

Aileron, en Architecture, est une espèce de console renversée, de pierre ou de bois, revêtue de plomb, dont on orne les côtés d’une lucarne, comme on en voit au-devant des combles de la place Vendôme.

AILESBURY. En latin Æglesburgum. Petite ville, ou plutôt bourg d’Angleterre, avec titre de Comté, en Buckinghamsire, sur la Thame, à quinze milles au-dessus d’Oxford.

AILETTE ou ALETTE, s. f. Terme de Cordonnier. C’est une petite pièce de cuir qu’on met par dedans le long du soulier, & qui prend depuis le pâton jusqu’aux quartiers. L’ailette de ce soulier est bien cousue. On dit aussi l’ailette d’un rouet de femme a filer.

AILEURES. Prononcez Ailures. ILOIRES. s. f. Terme de marine. Nicos dit que ce sont deux gros soliveaux dans les navires ; qu’ils ont vingt pieds de longueur, & sont portés le long du pont sur les traversins, faisant un carré avec ces traversins. Ce carré est la fenêtre ou le trou par lequel on reçoit le bateau dans le navire.

AILLADE. s. f. Ail, ou sauce faite avec de l’ail. Cotgrave l’a mis dans son Dictionnaire, & La Fontaine s’en est servi dans le conte du Paysan qui avoit offensé son Seigneur, pour marquer les trente aulx que ce Paysan étoit obligé de manger de suite, qui faisoient une des trois amendes dont il avoit le choix, en punition de l’injure faite au Seigneur.

Il vous faudra choisir après cela
Des cent écus, ou de la bastonade,
Pour suppléer au défaut de l’aillade.

AILLER. s. m. C’est, selon Nicot, un grand filet qu’on étend sur le blé dans les campagnes, pour prendre des cailles. Il est vert ou blanc, selon la couleur du blé. Il croit qu’on a dit Ailler au lieu de Cailler.

AILLEURS. Adverbe de lieu. Autre part. Alibi. Quand on ne trouve pas à vivre en un lieu, il en faut chercher ailleurs. On dit d’un homme distrait : son corps est ici, mais son esprit est ailleurs. J’apprends d’ailleurs, pour dire, d’un autre côté. Aliunde.

On le dit au figuré, cela procède d’ailleurs, pour dire, d’une autre cause, d’un autre principe.

D’ailleurs, de plus, outre cela. Voyez Dailleurs.

AILLIER. Sorte d’oiseau de proie. On lit dans la Bible historiée rapportée par Borel,

Si comme aigles, ailliers, & escoustes.

AILLORS, se disoit autrefois pour ailleurs. Borel.

AIM.

AIMABLE. adj. m. & f. Qui est digne d’être aimé, qui a des qualités qui attirent l’amour, ou l’amitié de quelqu’un. Amabilis. Cet homme est fort aimable. Cette femme est aimable. Son caractère est aimable. Ses manières sont aimables. Admirez la simplicité de cette bergère ; elle ne sait qu’être aimable, & ne sait pas encore se faire aimer. Fonten. Le plus dangereux ridicule des vieilles personnes qui ont été aimables, c’est d’oublier qu’elles ne le sont plus. Rochefort.

Un amant sûr d’être aimé,
Cesse toujours d’être aimable. Des-H.

☞ On dit aussi d’un endroit délicieux, c’est le lieu du monde le plus aimable. Amœnus.

☞ Demandez aux grands Vocabulistes ce que c’est qu’une chose aimable : ils vous répondront que c’est ce qui entraîne l’amour ou l’amitié. Cela n’est ni vrai ni bien dit. Mais sans nous arrêter à l’expression, ne peut-on pas être aimable à moins de frais ? Faut-il faire