Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/292

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

de Tra-los-Montes, sur le Lamégo, entre Braca & Lamégo.

AMARANTINE. s. f. Terme de Fleuriste. Sorte d’anémone dont les grandes feuilles sont d’un rouge blafard : c’est encore, en termes de Fleuriste, une tulipe panachée de pourpre, sur du blanc, & la peluche d’une amarante brune, sur laquelle vient quelquefois une houppe ou floquet incarnadin. Morin.

AMARILLIS. s. f. Nom de femme. En termes de Fleuriste, c’est une espèce des œillets piquetés. L’Amarillis, l’Agréable, la belle Amynte, & l’Etoile du jour, sont quatre piquetés à peu près de même sorte, & ne different que par leur couleur & leur feuillage ; mais non pas en largeur, ni en grosseur. C’est aussi une Tulipe qui a trois couleurs, rose sèche, pourpre foncé & blanc.

AMARINER. v. a. Terme de Marine. C’est envoyer dans un navire pris, des officiers, des soldats & des matelots à la place de ceux qui y étoient, & qu’on a faits prisonniers. J’eus une peine infinie à amariner ces deux vaisseaux. Du Gué Trouin. Le troisième se rendit à la fin, & nous les amarinâmes tous trois d’une façon à se défendre, s’il en étoit besoin. Id. Je chargeai le Chevalier de Nesmond & mon frere, d’achever d’amariner le vaisseau pris. Id.

AMARITUME & AMARITUDE. s. f. Ce mot n’est plus d’usage, il veut dire Amertume. Borel.

AMARMOCHDI. Ville du Zenguebar, en Afrique. Amarmochedum. Elle est dans le royaume de Mélinde, à la source de Quilimanco.

AMARQUE. s. f. Autrement, Bouée, ou balise. Marque, signal, soit par un tonneau flottant, soit par un mât élevé, pour avertir les vaisseaux qui font route, de s’éloigner pour ne pas échouer, & pour éviter les bancs, ou les rochers. Signum.

AMARRAGE. s. m. Terme de Marine. C’est l’ancrage, ou le mouillage des vaisseaux. La science d’un Pilote est de bien faire ses amarrages. Ancoræ jactus, appulsus, c’est-à-dire, d’ancrer en bon lieu. ☞ C’est aussi l’attache des agrès avec des cordages. Faire un amarrage, pour exprimer qu’on attache, ou qu’on arrête quelque chose. On appelle ligne d’amarrage, une petite corde goudronnée. Toutes sortes de cordages sont propres à cet usage.

Amarrage, signifie aussi l’endroit où deux grosses cordes, ou la même mise en double, est liée par une petite. Nodus, vinculum.

☞ AMARRE. s. f. Terme de Marine. Cordage servant à attacher un vaisseau, ou diverses choses dans le vaisseau. Les amarres d’un vaisseau. Retenir le canon avec des amarres. Funis nautricus, rudens. On lie un cable avec des amarres. On dit qu’un vaisseau a toutes ses amarres dehors, pour dire, qu’il a mouillé toutes les ancres.

Amarre-de-bout. Cable ou grelin qui est au-devant du vaisseau avec son ancre.

Amarre. Commandement à un matelot de ne plus tirer une manœuvre, mais de la tourner ou attacher à un endroit désigné. Amarre stribord, amarre bas bord, pour commander de lier ou attacher une manœuvre à droite ou à gauche.

AMARRER. v. a. Terme de Marine. C’est lier ou attacher fortement avec une amarre, un cordage, soit un vaisseau, soit quelqu’une de ses parties, ou de ses agrès. Rudente, fune nautico ligare navim. Dans la pêche des perles, chaque plongeur porte un grand rets en forme de sac, suspendu à son cou par un long cordage, dont l’extrémité est amarrée sur le bord de la barque. P. Le C. Ce mot vient d’amarr mot bas breton, qui signifie lien.

Amarrer, a les mêmes significations sur les rivières. C’est toujours attacher par le moyen d’un cable ; mais fermer est plus usité. Les voituriers par eau entendent par amarrer, s’approcher de terre.

AMARRÉ, ÉE. part. Ligatus.

AMARRES, en Architecture, sont deux morceaux de bois qui ont une ouverture dans le milieu, pour y faire passer le bout d’un moulinet. Chelonia. On les appelle hoches ou boîtes ; & les Charpentiers de Paris jouières.

AMARUMAIA. Rivière de l’Amérique méridionale. Amarumaia. Elle a sa source près de Cusco, dans le Pérou ; elle entre dans le pays des Amazones, & va se joindre au fleuve de ce nom, un peu au-dessous des Hamagues ou Homagues.

AMAS. s. m. Multitude de choses, soit de même nature, soit d’une nature différente, assemblées en un même lieu. Acervus, cumulus. Il faut faire un grand amas de matériaux avant que de commencer à bâtir. L’alluvion se fait par un grand amas de gravier, de limon, qui s’arrête en quelque lieu. Colluvies. L’amas de mauvaises humeurs dans le corps cause les abscès, les maladies. Collectio. Que sert à un avare l’amas de tant de richesses qu’il faut qu’il quitte ? La plus grande partie de la Philosophie humaine n’est qu’un amas d’obscurités, d’incertitudes, ou même de faussetés. Nicol. La vie n’est qu’un amas de craintes, de douleurs, de travaux, de soucis, de peines. M. Desh.

Tout ce pompeux amas d’expressions frivoles.
Sont d’un déclamateur amoureux de paroles. Boil.

Ce long amas d’aïeux que vous diffamez tous,
Sont autant de témoins qui parlent contre vous. Id.

Un long amas d’honneurs rend Thesée excusable. Rac.

Il se dit aussi des personnes. Collectio. Ce Prince fait un grand amas de troupes, de soldats, pour faire la guerre.

AMASÉE. Ville du Pont. Amasia, en grec Ἀμασία. Elle étoit dans le nord du Pont, comme le témoigne Strabon dans le XIIe livre de sa Géographie. Il est d’autant plus croyable, qu’il étoit d’Amasée, comme le dit Etienne de Bysance, & comme Strabon lui-même l’insinue à l’endroit que l’on vient de citer, en l’appelant notre ville. Il dit que c’étoit une des meilleures villes du Pont & des plus peuplées. Gélase de Cyzique, dans son Histoire du Concile de Nicée, L. I. C. 10, dit qu’elle fut ruinée par Licinius, comme toutes les autres villes du Pont. Ce fut dans cette persécution que saint Balise, Evêque d’Amasée, souffrit le martyre. Dans le Concile de Calcédoine, Act. I., Eusébe, Evêque d’Amasée, dans la traduction latine est dit, Amasiæ civitatis Metropolitanæ ; mais dans le grec il y a seulement, Ἀμασείας.

AMASÉEN, ENNE. s. m. & f. Qui est d’Amasée. Amaseus, a, um. Strabon le Géographe, Philosophe Stoïcien, étoit Amaséen. On disoit aussi, Amaséote, Amaseotis. Voyez Etienne de Bysance.

AMASEMENS. s. m. pl. Terme de quelques Coutumes. Edifices, bâtimens, maisons.

AMASEN. Ville de la Nigritie, en Afrique. Amasenum. Elle est dans le désert, sur le lac de Botno, & est capitale du royaume qui porte son nom.

AMASIE. Ville ancienne de l’Anatolie, ou Asie mineure. Amasia, Amasea. Elle est sur le Casalmalch, dans l’Amasie, ou Beglierbelik de Siwas, contrée de l’Anatolie. Amasie a eu un archevêché. Le Martyrologe Romain, au 13 Janvier & 26 Avril, la met dans le Pont, sous l’empire de Licinius. C’est apparemment la même qu’Amasée.

☞ AMASSER. v. a. Faire un amas. Voyez ce mot. Colligere. On le dit des choses & des personnes. Appliqué aux choses, il désigne une quantité de choses assemblées dans un même lieu. On amasse des matériaux pour bâtir. Un avare amasse de l’argent. En parlant des personnes, c’est en assembler beaucoup. Un Charlatan amasse la canaille autour de lui. On amasse des troupes pour faire la guerre. Quand amasser est mis sans régime, on sous-entend toujours argent. Cet avare ne fait qu’amasser.

La vieillesse chagrine incessamment amasse. Boil.

☞ On dit figurément amasser des preuves dans une affaire, amasser des matériaux pour un ouvrage ; pour dire, rassembler.