Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/508

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qu’on éprouve dans certaines maladies. La chaleur de la fièvre diminue. Ardeur d’entrailles. Ardeur d’urine. Voyez Dysurie.

☞ Au figuré ce mot exprime la chaleur, la vivacité avec laquelle on se porte à quelque chose. Ardor, fervor animi. Il a beaucoup d’ardeur pour les belles connoissances. Il faut aimer ses amis avec ardeur. Mon ardeur me tient lieu de mérite. Sar. L’ardeur de sa dévotion, de son zèle le tient continuellement en action. Il a fait cela dans l’ardeur du combat, de la jeunesse & de la dispute.

☞ On le dit aussi pour fougue, emportement. Brébeuf, pour égaler l’ardeur de Lucain, s’est trop enflammé lui-même, & il a surpassé la fougue de ce Poëte. S. Evr.

☞ On le dit de même de la grande activité de quelques animaux. Ce cheval a trop d’ardeur, il s’emporte trop, & il est inquiet sous le Cavalier. Ce chien chasse avec ardeur le sanglier.

Ardeur, signifie aussi un attachement, une passion amoureuse.

Une première ardeur est toujours la plus forte ;
Le temps ne l’éteint point, la mort seule l’emporte.

Corn.

Rien ne peut modérer mes ardeurs insensées.

Racin.

ARDEY, ou ARDTULI. Ville d’Irlande. Ardea. Elle est du comté de Kerri en Mommonie, à la source de la petite rivière de Maire. & plus au nord que Bautry.

☞ M. Mary, de qui cet article est tiré, s’est trompé. Ardey & Ardtulli sont deux lieux différens. Le premier au midi de Donekine, la rivière de Mare entre deux, dans le Comté de Delmond, & non pas dans celui de Kerri. Ardtulli est au nord-ouest, à cinq lieues d’Ardey. Ils ne sont ni l’un ni l’autre à la source de la Mare ou Mayre, qui n’est rien moins que petite. Voyez la carte d’Irlande par Allart.

ARDEYNE, ou ARDENNES. Abbaye de Normandie, en France. Ardenna. Elle est dans la campagne de Caen, partie du pays Bessin, à une grande lieue de Caen, du côté du nord-ouest.

☞ ARDFEART. Voyez Ardart.

☞ ARDIERE. Rivière de France, qui a sa source dans le Beaujolois, & se jette dans la Saône, par deux branches vis-à-vis de la principauté de Dombes.

ARDILA. s. f. Rivière de l’Estramadure d’Espagne. Ardila. Sa source est près de Xérès de Badajox, & va par l’Alentéjo, province de Portugal, décharger ses eaux dans la Guadiane, vers le bourg de Mouro.

ARDILLON. s. m. Pointe de fer ou d’autre métal, attachée à une boucle, & qui sert à arrêter les sangles, ou courroies qu’on passe dedans. Fibulo, fibulæ claviculus. On dit proverbialement. On lui a donné son équipage complet, il n’y manque pas un ardillon.

Je crois que ce mot est dit comme arguillon, qui viendroit d’argutus, qui en latin signifie pointu.

ARDMAGH. Voyez Armack.

ARDMÉANACH. Contrée du nord de l’Ecosse. Armanochia. Elle fait partie du comté de Rolf, & s’étend entre le golfe de Cromarti & le comté de Murrey. Ce ne sont que de très-hautes montagnes.

ARDMORE. s. m. Port du comté de Waterford, en Irlande. Ardmora. Il est entre la baie d’Yougal & celle de Dungarvan.

ARDOINNA, ou ARDUINNA. s. f. Nom que les Gaulois & les Sabins donnoient à Diane, comme à la protectrice des chasseurs. On la réprésentoit couverte d’une espèce de cuirasse, tenant d’une main un arc débandé, & ayant un chien auprès d’elle.

☞ ARDOISE. s. f. Espèce de pierre tendre, de couleur bleuâtre, & qu’on divise en feuilles minces propres à couvrir les maisons. Ardosia. Cærulei lapidis sectiles laminæ. Maison couverte d’ardoise. On écrit, on dessine sur l’ardoise.

☞ On prétend que les ardoises & les pierres talqueuses sont posées perpendiculairement dans les carrières, à la différence des autres pierres qui le sont horizontalement.

☞ Un Physicien de la Province de Berry, a remarqué que le banc d’ardoise dans les carrières vient presque toujours incliné, tantôt vers le nord, tantôt vers le couchant ; ensorte que sur neuf pieds de haut, il se trouve ordinairement deux ou trois pieds d’inclinaison ; ce qui n’empêche pas que les couches d’ardoises ne soient posées les unes sur les autres, parallèles entre elles. Ces situations varient selon les différentes carrières, où les positions des bancs sont plus ou moins inclinées vers l’horizon ; ainsi il est évident que ces bancs ne sont jamais régulièrement horizontaux, ni perpendiculaires, comme quelques auteurs l’ont avancé.

☞ Ces couches se trouvent souvent séparées par différentes matières étrangères, qui arrêtent le travail des carrières, telles que le feuilletis, ou franc-quartier, qui est si peu solide, qu’il se brise facilement en petites parties. Ce qu’on appelle chats, est de la nature du silex, formant des espèces de couches de deux eu trois pieds d’épaisseur, qui empêchent de séparer l’ardoise. Les torcins sont plus rares, & composés de toutes les différentes matières de l’ardoise. On y trouve encore de l’argile mêlée avec du gravier & des marcassites ; une terre sulfureuse & noire, qui ressemble au charbon de terre, & qui est remplie de pyrites. On y voit aussi une espèce de lait de lune, formant de petites cavités dans les ardoises, & des nodus. Outre tous ces embarras, il y a encore des moucles qui sont des amas de matières convexes & concaves, qui se séparent par feuillets, comme le talc.

☞ L’ardoise contient une matière grasse & huileuse, souvent mêlée de bitume, & formée d’un limon marécageux : sa couleur est bleuâtre, tirant sur le noir, & pénétrée de parties de soufre & de fer. Pour la diviser par lames fines propres à couvrir les maisons ; on emploie dans la carrière même de grands ciseaux, qu’on fait entrer de haut en bas, dans les intestins, à coups de marteau. On la taille en tous sens par feuillets, hors de la carrière. On en fait encore des tables sur lesquels on peint facilement. Ces ouvriers s’appellent Fendeurs.

Les ardoises d’Angers font les meilleures : celles de Mezière sont plus tendres & s’écaillent. La rousse-noire est la plus estimée. La latte d’ardoise est beaucoup plus large que celle de la tuile. L’ardoise cartelette est la plus petite. On la taille quelquefois en écaille pour les dômes. L’ardoise dure se tire des côtes de Gènes : on en fait du carreau & des tables. Les beaux bâtimens sont toujours couverts d’ardoise. Les anciens n’ont point eu l’usage des ardoises ; ils couvroient leurs maisons de bardeau, ou d’aissi, comme on voit dans Pline. Philander dit que l’ardoise se coupe avec une scie dentée, & que ce mot vient ab ardendo. Du Cange. Mais il y a plus d’apparence de dire qu’il est dérivé du latin Later artesius, du nom du pays d’où il est venu d’abord.

L’ordonnance de la ville de Paris sur la moison des ardoises, porte, qu’on n’en fera que de deux qualités ; savoir, de carrée forte, qui aura onze pouces de longueur, sur six ou sept pouces de largeur, & deux lignes d’épaisseur ; & de la carrée fine, qui aura douze ou treize pouces de largeur, & une ligne d’épaisseur, dont le millier fait quatre toises de couverture, en lui donnant trois pouces & demi de pureau. Elle porte aussi, que la pierre dont ces ardoises seront faites, doit être retirée de la troisième foncière de chacune mine, ou perrière, & doit être de quartier fort & sonnant.

L’Ardoise est fort commune en Angleterre, surtout dans la province de Northampton.

Ardoise d’Irlande. Pierre Fossile de couleur noire bleuâtre & d’un goût terreux, qu’on trouve dans certaines mines d’Angleterre & d’Irlande. Tegula Hibernica. Elle est d’un usage admirable dans les hémorragies, dans le flux de l’utérus, & dans le crachement de sang. Dale. ☞ II y a une espèce d’ardoise qu’on nomme alumineuse. Elle est d’une nature grasse & se durcit à l’air. Souvent elle s’enflamme, étant très-chargée d’a-