Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/534

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

& à Luce Vère, comme le témoignent Capitolin, & les médailles, sur lesquelles on lit, NERO CÆSAR AUGUSTUS ; & au revers : ARMENIAC. Et, ANTONINUS AUG. ARMENIACUS. Et, IMP. L. AUREL. AUG… ARMEN. ou ARMENIA. ou ARMENIACUS. Capitolin dit Armenicus, & en françois il faut dire, Arménique, & non pas Arméniaque.

ARMENNA. Nom que l’on donne aux restes de l’ancienne Médiobriga. On les voit dans l’Alentéjo, en Portugal, près de l’Estramadure d’Espagne, & du bourg de Marvaon.

ARMENSEQUI, ou ARMENZA. Armentia alba. Autrefois Ville, & Siége épiscopal, aujourd’hui village d’Espagne, dans l’Alava, contrée de la vieille Castille.

ARMENTIÉRE. Armentariæ. Plusieurs écrivent Armentiéres, & d’autres Armentiers. C’est une ville des Pays-bas, dans la Flandre & sur la Lys. Armentières est restée à la France depuis la paix d’Aix la-Chapelle en 1668.

ARMER. v. a. Fournir un soldat d’armes convenables pour le combat. Armare, Armis instruere. Il a coûté tant pour armer une compagnie ; pour fournir des armes aux soldats qui la composent. ☞ Anciennement les Barons armoient leurs vassaux.

Armer, signifie aussi revêtir d’armes. Armis instruere. Armer quelqu’un de pied en cap, de toutes pièces. Soldat armé de toutes pièces. Cataphractus miles.

Armer, donner occasion de prendre les armes. L’intérêt de la Religion a souvent armé les peuples les uns contre les autres.

Armer, se dit des armes mêmes, du fusil & du mousquet, qu’on met en état pour tirer. Parare, Disponere. En garnison, dès que la retraite est battue, & qu’une Sentinelle veut reconnoître quelqu’un à la portée de l’entendre, il doit crier d’une voix forte & mâle, Qui va là ? en présentant ses armes le pouce sur le chien du fusil, afin d’être prêt, s’il en étoit besoin, à l’armer, pour tirer sur ceux qui voudroient le surprendre. Bombelles. Le Sergent fera avancer les soldats ayant leur fusil sur le bras gauche, & le pouce droit sur le chien, pour être prêts à l’armer en cas de besoin. Id.

Armer, employé absolument, signifie se préparer à la guerre, lever des troupes, des soldats. Adornare bellum. Copias cogere. Milites colligere. On arme de tous côtés. Les Princes Chrétiens arment de toutes parts. Dans ce sens il est neutre.

En termes de Marine, armer un vaisseau, signifie, l’équiper de toutes les choses nécessaires, comme vivres, munitions, soldats, matelots, pour voyager, & pour combattre. Armer un canon, c’est y mettre le boulet. Armer les avirons, c’est les mettre sur le bord de la chaloupe prêts à servir.

Armer, dans les arts & métiers. Garnir une chose avec une autre, pour lui donner de la force ou la rendre plus propre à l’usage auquel elle est destinée. On arme une pierre d’aiman pour augmenter sa force, en appliquant à chacun de ses pôles une plaque d’acier terminée par un bouton. Magnetim chalybe instruere, armare. Voyez au mot Aiman les causes physiques de cette augmentation de forces dans un aiman armé. On arme une poutre de plusieurs bandes de fer pour la fortifier. On arme une meule de moulin de liens de fer, une massue de pointes de fer.

☞ On le dit à peu-près dans le même sens de tout ce qui peut servir de défense. Il arma ses tours de parapets & de claies en flanc & sur le devant. Munire, communire.

☞ En termes de Fauconnerie, armer l’oiseau, c’est lui attacher des sonnettes.

Armer, dans un sens figuré, signifie rendre plus fort, plus redoutable. Pour contenir les hommes dans leur devoir, il a fallu leur montrer un vengeur tout puissant, armé de foudres & d’éclairs. S. Evr.

L’ardeur de se montrer, & non pas de médire,
Arma la vérité du vers de la satire. Boil.

Quand je verrai ses yeux armés de tous leurs charmes,
Me souviendrai-je alors de mon triste devoir. Rac.
Il faut d’un noble orgueil armer votre courage. Id.

Armer, signifie encore au figuré, animer, irriter, soulever. Irritare, commovere, incitare. Le Roi est devenu si redoutable, qu’il a armé la jalousie de tous ses voisins contre lui. Ses vices ont armé tous les honnètes gens contre lui. Armer le fils contre le père, l’ami contre l’ami.

Et qu’ont produit mes vers de si pernicieux
Pour armer contre moi tant d’auteurs furieux ?

Boil.

Armer, avec le pronom personnel, signifie au propre, se munir d’armes offensives ou défensives ; quelquefois prendre les armes, faire la guerre. Dans la première acception, on dit s’armer d’une épée, d’un bâton, d’un pistolet. Munire se, instruere. Dans la seconde on dit s’armer contre son Souverain. Il n’est jamais permis à des sujets de s’armer contre leur Prince. Arma capere.

s’Armer, dans le sens figuré, signifie se fortifier par avance, se munir, se précautionner contre tout ce qui peut nuire ou incommoder, contre le chaud, contre le froid, contre les injures de l’air, &c. Munire se, se defendere, protegere. Il s’est armé d’une robe fourrée contre l’hiver, d’un manteau contre la pluie.

☞ On dit à peu-près dans le même sens, s’armer contre les accidens de la fortune, contre les disgrâces ; se précautionner contre les événemens fâcheux qui peuvent arriver. S’armer de patience, de résolution, de courage ; se préparer à soutenir avec courage tout ce qui peut arriver. S’armer de la prière, s’armer du signe de la croix : employer ces moyens pour, &c. Adhibere.

Armer, en termes de Manége, se dit d’un cheval qui se défend contre le mors, & qui pour cela courbe son encolure jusqu’à appuyer les branches de la bride contre son poitrail, pour défendre ses barres & sa bouche, & ne pas obéir à la main du cavalier. Quand un cheval s’arme, il le faut galoper fort vîte, & le faire aller terre-à-terre, pour lui faire passer ses fantaisies. Newc. J’ai eu des chevaux qui s’armoient contre le mors autant qu’il étoit possible, & qui étoient aussi sensibles à la main & aussi légers qu’on pouvoit désirer. Id. On dit aussi qu’il s’arme des lèvres, quand il couvre ses barres avec ses lèvres ; afin de rendre l’appui du mors plus sourd & moins sensible. On dit aussi, que la lèvre arme la barre ; pour dire, qu’elle la couvre.

ARMÉ, ÉE. part. Il a les significations de son verbe, en latin comme en françois.

On dit d’un vaisseau, qu’il est armé en guerre, armé en course ; pour dire, qu’il est équipé pour la guerre, ou pour la course ; qu’un Prince est demeuré armé ; pour dire, qu’il n’a point licentié ses troupes après la paix ; & d’un cavalier, qu’il est armé à crû. Légérement armé, ou armé à la légère, pesamment armé. Levis, gravis armuturæ. Armé contre le froid. Armé de constance, de griffes, de dents. Un aiman armé, c’est un aiman garni de deux petits morceaux de fer, qui en augmentent la vertu. On dit aussi des poissons, qu’ils sont armés ; pour dire, qu’ils sont couverts d’écailles. On dit à la chasse, qu’un chien est armé, quand il est couvert pour attaquer un sanglier.

Armé, en termes de Blason, se dit des animaux à quatre pieds, & des dragons, en parlant de leurs ongles, de leurs dents, & des autres parties que la nature leur a donnés pour défenses. Unguibus armatus, instructus. Le lion blasonne armé, lorsque ses ongles sont d’un autre émail que celui de son corps. On le dit aussi de la défense d’un sanglier. On le dit aussi des griffons, des aigles, & même des flèches & autre armes dont les pointes sont d’autres émail que le fût.

On dit proverbialement d’un poltron, qu’il est armé jusqu’aux dents.

Poisson armé. Il y a le long de toutes les côtes des Indes Orientales diverses sortes de poissons, qui n’ont