Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

☞ ABSENCE. s. f. C’est en général l’éloignement d’une personne qui n’est point dans le lieu de sa résidence ordinaire. Absentia. On le dit également de la distance qui nous sépare des autres, & de la distance qui sépare les autres de nous. Longue Absence. Courte Absence. Les peines de l’Absence. L’Absence nous fait connoître le prix des choses que nous perdons. Vix bona nostra aliter quàm perdendo cognoscimus. Petrarq. De Roch. Les souvenirs dans l’absence sont plus vifs en amour, qu’en amitié. M. Scud. Les longues absences éteignent l’amour, mais une courte absence le ranime. S. Evr.

L’ingrat, de mon départ consolé par avance,
Daignera-t-il compter les jours de mon absence ?

Racin.

On travaillera à cette affaire tant en présence qu’absence : phrase de Pratique, dont on se sert contre ceux qui ne comparoissent point aux jours d’assignation. Pour marquer en devise les douleurs de l’absence, on a peint une tulipe sous les rayons du soleil, ou sous un soleil caché d’épaisses nuées, ou au soleil couchant, avec ce mot espagnol : Sin sus rayos, mis desmayos :  : Sans ses rayons, je tombe en défaillance.

On dit figurément Absence d’esprit, pour signifier Distraction, quand on songe à une autre chose qu’à celle dont on parle. Mentis aberratio, avocatio. On s’en sert aussi pour exprimer, ou pour excuser une faute, ou une bévue, ou dans la conduite, ou dans la conversation. On l’attribue à un défaut d’application. Cet homme a des absences d’esprit que ses amis ont de la peine à justifier. On dit quelquefois absolument. Il a souvent des absences.

En philosophie on dit, absence de suppôt & absence de vertu. L’absence de suppôt, est quand deux substances ne se touchent point physiquement, & sont éloignées l’une de l’autre. L’absence de vertu, est quand l’une n’agit point sur l’autre par quelque vertu qui sort d’elle pour aller affecter l’autre. A parler exactement, l’absence de vertu est une absence de suppôt ou de substance ; car ces vertus par lesquelles une substance agit sur l’autre, ne sont autre chose qu’une substance, des corpuscules émanés de l’une & poussés vers l’autre ; telles sont la lumière, la matière magnétique, les odeurs, &c. Voyez Présence.

ABSENT, ENTE. adj. & s. Qui est éloigné de sa démeure ordinaire, Absens. Les Absens pour la République sont réputés présens. Mépriser les dangers absens. Ablanc. Tant qu’un amant est absent, il est où il aime, & non pas où il vit. M. Scud. Les absens malheureux sont en peu de temps effacés du souvenir du monde. M. Esp.

Absent, en matière civile. Celui qui manque de se trouver à une assignation donnée. C’est la même chose que défaillant, qui est le terme de Pratique.

Absent, en matière criminelle, est celui que l’on ne trouve point, & de qui on fait le procès par contumace.

Absent, en cas de prescription, est celui dont le domicile est situé hors du ressort de la juridiction où sont les héritages.

Celui qui est absent du Royaume, avec intention de n’y plus retourner, est réputé étranger ; mais il n’est pas pour cela réputé mort : ses héritiers ne laissent pas quelquefois de partager ses biens, par provision seulement ; mais sa femme ne sauroit convoler à de secondes nôces, qu’elle n’ait des certificats authentiques de sa mort. Voyez les Décrétales de Greg. IX. Liv. 4. & M. Louet, lettre C. n. 22.

On dit proverbialement, Que les os sont pour les absens, lorsqu’on dîne sans eux, lorsqu’on ne leur laisse que les restes des autres.

ABSENTER. v. n. qui ne se dit qu’avec le pronom personnel. Se retirer, s’éloigner de la présence des autres. Abesse. Ce Prince s’est absenté de la Cour. Il s’absente de ses amis avec peine.


Ou sois long-temps absent, ou ne t’absentes point :
Une courte absence est à craindre :
Souvent l’amour s’en sert pour nous mieux enflammer. Corn.

s’Absenter, signifie encore, S’enfuir, se cacher, se mettre à couvert. Abire, evadere, discedere, aufugere, proripere se, abdere se. En ce sens il marque une cause fâcheuse de s’éloigner. Il s’est absenté de la ville, à cause qu’on avoit décrété contre lui. Ce Marchand s’est absenté, a fait banqueroute.

ABSÈS ou ABCÈS. Voyez Abscès.

ABSIDE. s. f. Absis & Absida. Terme d’Architecture & de Liturgie. C’est une voûte, car ἀψὶς en Grec, d’où l’on a fait abside, veut dire arcus, fornix, arc, voûte. On appelle aussi Abside, le Sanctuaire, ou la partie de l’Eglise qui est séparée du reste, & dans laquelle est l’Autel ; on l’a appelée du nom Abside, parce qu’elle est en voûte. Du Cange.

Abside, est aussi le nom que l’on donnoit autrefois à la bière où l’on mettoit les reliques des Saints : on l’appelle aujourd’hui châsse. On appeloit absides ces sortes de bières, parce qu’elles étoient élevées, & disposées en voûte. Du Cange.

Il se dit aussi quelquefois pour des Oratoires secrets qu’on a autrement appelés Doxologia, Doxalia, noms Grecs qui viennent de δόξα, louange, parce qu’on y chante les louanges de Dieu. Ces mots sont encore en usage dans les Pays-Bas, & signifient ce que nous appelons en François Chœur, un lieu au-delà de l’Autel, où les Religieux chantent l’Office, séparés du peuple, & sans en être vûs. Voyez Act. SS. April. Tom. I. pag. 694.

Il y avoit quelquefois plusieurs absides dans une même Eglise : ainsi l’Auteur de la vie de saint Hermenland, qui écrivoit au huitième siècle, dit que ce Saint fut enterré dans l’abside méridionale de la Basilique de saint Paul à Nantes. Absides alors ne peut, ce semble, signifier que deux choses ; ou ce que nous appelons Chapelles, qui étant voûtées étoient chacune une petite abside séparée ; ou dans les Eglises bâties en forme de croix, on appeloit abside méridionale le côté droit de la croisée qui regardoit le midi, l’Autel étant toujours à l’orient. Ce second sens paroît d’autant plus probable, qu’au même endroit le même Auteur distingue abside d’Oratoire, qui n’est autre chose que Chapelle. M. Chapelain écrit apside, conformément à l’origine de ce mot.

Abside. Terme d’Astronomie. Ce sont deux points de l’orbite d’une planète, dont le plus haut est nommé apogée, & le plus bas périgée, ou le plus près de la terre. Apsides, apsis summa, apsis infima. Le diamètre qui les joint, s’appelle la ligne des absides, qui passe par le centre de l’orbite de la planète, & par le centre du monde. La ligne des absides est une ligne tirée dans une ellipse. L’excentricité se prend dans la ligne des absides ; car l’excentricité est la distance entre le centre de l’orbite de la planète, & le centre de la terre. Voyez quelle est la différence de ce mot avec celui d’Abscisse. Guinée. Application de l’Algèbre à la Géométrie.

Absie. Nom propre d’un village & d’une Abbaye de France. Absia. Il est dans les enclaves de la Gastine, petit pays du haut-Poitou. L’Abbaye d’Absie, Ordre de saint Benoît, fut fondée en 1220. Absie est entre Thoüars et Fontenay-le-Comte. L’Abbaye est unie au Chapitre de la Rochelle.

ABSINTE. Voyez Absynthe.

ABSIRTIDES, ou plutôt ABSYRTIDES. s. f. p. Absyrtides. Îles de l’ancienne Liburnie, ou de la Dalmatie, vers l’entrée du golfe de Venise. On les nomme Absyrtides du nom d’Absyrte, frere de Médée, qu’elle y tua, & dont elle sema les membres sur sa route pour arrêter, à les ramasser, son pere Aëtes, qu’elle fuyoit avec Jason. Quelques Auteurs ont cependant appelé Ægialque ce frere de Médée. Lucain semble n’en reconnoître qu’une, qu’il appelle Absyrtos, & Brébeuf Absyrte.

Au golfe d’Adria l’Absyrte tributaire
A ce commun devoir n’ose pas se soustraire.

ABSOLU