Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, II.djvu/887

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


CON

ni de sonder les profondeurs de sa sagesse, il ne faut pas lui attribuer une conduite injuste & bizarre. S. Evr. Contrôler les actions des Dieux. Ar, Taisez- vous, ignorance, ce n’est pas à vous à contrôler les gens. Mol. Car il contrôle tout ce Critique zélé ; Et tout ce qu’il contrôle est fort bien contrôlé. Mol.

CONTROLÉ, ÉE, part, Acte, contrôle, conduite contrôlée.

CONTRÔLEUR, s. m. Officier établi pour contrôler, pour tenir le contrôle, & cerrifier que les choies ont été contrôlées. Le Contrôleur Général des Finances. Le Contrôleur du marc d’or. Les Contrôleurs de la Chancellerie. Il y a aussi des Commis Contrôleurs d’Exploits, Contrôleurs aux portes , aux bureaux.

☞ Le Contrôleur Général des finances est celui qui a la direction & administration de toutes les finances du royaume tant ordinaires qu’extraordinaires. C’est lui qui contrôle & enregistre tous les actes qui ont rapport aux finances du Roi.

CONTRÔLEUR se dit aussi chez le Roi, les Princes & les Grands Seigneurs, des Officiers établis pour régler ou certirier les dépenses de leur maison. Alienæ fidei in gerendo munere inspector. Les Contrôleurs généraux de la Maison du Roi. Les Contrôleurs & les Maîtres d’Hôtel des Seigneurs s’entendent souvent ensemble.

CONTRÔLEURS des actes, sont des Commis préposés pour l’enregistrement & le contrôle des actes de Notaires & Tabellions royaux. Contrôleur gênerai des rejies , eft un Oiïicicr de la Chambre des Comptes dei’aris, créé pour faire £ recouvrement des reftes & débets des comptes rendus à la Cliambre. Contrôleur de la Marine , eft un Officier qui con- trôle & obferve les marchés qui fe font dans un arfenaj de îvlarine, tant pour les marchandifes & provilions , que pour le falaire & le travail des ou- vriers , & qui alfifte aux montres &: revues des équipages avec le Commiffaire ordinaire. Rei ma- ritimes infpeclor. Contrôleurs des rentes. La première fonélionqui efl: attribuée à ces Officiers par leur édit de création , c’eft d’être préfens lorfque les payeurs des rentes font leur payement, pour en tenir le contrôle. Contrôleur, euse , fe du aulfj figurémcnr dans le ftyle familier des curieux & critiques , qui oblér- vent les adlions d’autrui pour les blâmer &: les re- prendre. Cerifor importunus. On a beau faire bien on ne manque jamais de contrôleurs, ou de con- trôleufes qui blâment la conduite des gens. Du Cange dit qu’en la baife latinité on appeloit un contrôleur , curiofus.

CONTROVAILLE , s. f. vieux mot, fable, ima- gination.

CONTROVERSE , s. f. terme dogmatique, dispute sur une chose qui n’est pas certaine , où il s’agit d’opinions qui peuvent être soûtenues de part & d’autres. Controversia. Les Astronomes ne sont plus en controverse sur le mouvement de la terre ; il est hors de controverse. Sénèque a fait deux livres de controverses. Controverse se dit maintenant en un sens plus étroit, des disputes sur les matières de Religion ☞ qui ne sont pas absolument décidées par l’Eglise, ou sur les points de foi, entre les Catholiques & les Hérétiques. Etudier la controverse, c’est-à-dire les matières controversées; prêcher la controverse , se dit d’un Prédicateur qui discute , éclaircit en chaire les points contestés entre les Catholiques et les Protestans. De re ad christianam fidem pertinente controversia. On ne doit point craindre de troubler la paix du Christianisme par des controverses, quand il s’agit d’établir les vérités de la Religion. Rien n’est plus capable de ramener dans

CON

la bonne voie ceux qui s’en sont malheureusement égarés, que de savantes controverses. Les hérétiques n’ont rien tant en horreur que ies controverses, parce que rien ne fait mieux voir la fausseté de leurs opinions, & ne détrompe plus efficacement ceux qui sont dans l’erreur.

CONTROVERSÉ, ÉE, disputé, débattu de part & d’autre. Controversus. En vain les Calvinistes prétendent-ils faire du Purgatoire un point controverse, depuis que l’Eglise a reconnu cette doctrine établie dans les Livres saints.

CONTROVERSISTE , s. m. qui écrit, ou qui prêche la controverse. Controversiarum de rebus ad iidem pertinentibus scriptor. Les Cardinaux Bellarmin & du Perron ont été de grands Controversistes. Tout le monde se mêle d’être Controversiste. Les Hérétiques ne sont plus excusables de leurs égaremens depuis que tant d’habiles Controversistes leur ont fait connoître la vérité. Le zèle des Controversistes passe dans l’esprit des Hérétiques pour des emportemens d’une ame ambitieuse, qui allume la discorde, & la dissension, pour se rendre considérable sous prétexte de défendre la vérité. L’ardeur des Controversistes est un effet d’un amour véhément pour les intérêts de la vérité. Les Controversistes doivent moins ambitionner de triompher de leur adversaire, que de l’erreur. Combien le zèle des habiles Controversistes a-t’il fait rentrer dans le sein de l’Eglise de bonnes âmes que Ie seul malheur de leur naissance tenoit engagées dans l’erreur ! Tant de saintes ames, réunies de bonne foi au troupeau de J. C. sont redevables de leur conversion a la ferveur des habiles Controversistes.

CONTROUVER, v. a. inventer une fausseté, une imposture. Fingere, confingere, comminisci. Cet Avocat n’a plaidé que des faits controuvés. Voilà des choses controuvées pour l’endurcir. Il faut que ce soit un démon , pour avoir controuvé une si noire calomnie. Il y a quelques gens qui croient que controuver eft trop vieux pour s’en fervir»- mafs il efl: certain qu’il peut êrred’ufage, pourvu quon ne l’emploie pas souvent, & que controuver des mensonges est fort bien dit. Vaug.

☞ Ce mot a vieilli encore depuis Vaugelas , & il est certain qu’on s’en sert peu aujourd’hui.

☞ CONTROUVÉ, ÉE, part. Fictus, commentitius.

☞ CONTUMACE, s.f. terme de procédure criminelle, refus de comparoître, de se présenter au tribunal du Juge par-devant lequel on est appelé pour crime, C’est ce qu’on appelle défaut dans le civil. Vadimonii defectio, detractatio. Être condamné par contumace. Faire juger, purger la contumace. Les défauts & contumaces sont mis au néant, quand on se vient purger dans les cinq ans. Si le condamné par contumace meurt dans les cinq ans , les parents sont reçus à purger sa mémoire. La contumace n’est pas toujours une présomption que l’accusé soit coupable. On condamne l’accusé par contumace, non parce que le crime est prouvé, mais parce que l’accusé est absent. Le Mait. S. Athanase aima mieux se laisser condamner par contumace que de se présenter; la raison est qu’un accusé a plutôt devant les yeux ce que les Juges peuvent, que ce qu’ils doivent. Id. Par les lois Romaines on ne faisoit point le procès par contumace dans la première année de l’absence. On annotoit seulement les biens du fugitif, & s’il mouroit dans l’année, il mouroit integri status : mais après l’an expiré, il étoit réputé coupable.
Ce mot vient du latin contumax, désobéissant.

☞ CONTUMACE, adj. La même chose que contumax, II a été déclaré contumace ou contumax.

☞ CONTUMACER, v. a. terme de pratique , inf- truire la contumace, en pourfuivre l’inftruelion , donner les a/fignations, faire les pubiicationj &: procédures néceflaires contre celui qui ne compa-’ roît pas. Vadimonii dsferti reum pre::unciare judicare , aliquem ob difertiim vadimoninm jontem. pronunciare. Il n’a point comparu pour être intcr-