Page:Dictionnaire de la langue française du seizième siècle-Huguet-Tome1.djvu/165

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
ADORATOIRE
75


chetif serviteur s’y addonne, soudain il luy est mis en soupçon qualité à laquelle la vieillesse mord si volontiers de soy-rnesme. Mo NT AIGN e, 8 01, 87). Communement on les void [les mères] s’addonner aux plus foibles et malotrus, ou à ceux, si elles en ont., qui leur pendent meures au coi. ID., ib. ((l, 95). Les Nobles estaient tenus de defendre ceux qui slestoient ainsi adonnez. à eux. B. PAsQuizi : 1, *c arches II, 6.

Adonné. Dévoué. Je [Mercure] stimulay et enhardis lentendement du tien tresad.onné serviteur._ Jean le Maire de Belges. LEMÂTRE DE BELGES IllieStrF, Prologue.

Adonné à soi-mesme. Édgoïste. La premiere reigle de charité est de nestre point adonnez a nous mesmes. Lettres, 2636. S’adonner. Se donner, se livrer (en parlant d’une femme}, On les prendrait pour fort débauschées, et prestes pour s’adonner aussitost. BRArirôltn, des Daines., part. II (IX, 213). S’adonner. S’exposer. Combien seroit meilleur garder la maison que de onyr tant variables et iniques censures et improperes, et se adonner a tant de perilz ! P, DE. CHANG-TI. InStit. k femme chrestienne, 1, 12. S’adonner de. S’appliquer a. On s’adonne de faire plaisir à ceux qui le pourront revaloir. CALvtri, Serm. sie fiDeuier., 73 (XXVII, 65). M. de Mouvans s’adonna de faire un vray traira de ces capitaines romains. BRANT6sE, Couronne& françois 425).’adonner. Tendre [vers un pointl, se diriger. — r’irlais Dieu ce bien ne m’a donné Que vostre chemin adonné Se soit icy, M.KnoT, Epigires, 36, — Advint qu’un jour l’evesque du Mans, allant visiter par son diocèse, le voulut veoir en passa.nt. parce qu’Il le congnoissoit bon justicier, et que son chemin s’adonnait par là. DES P r Ruas, Nom). Réer., 28. La damoiselle monte sus ceste mule et tire droit le chemin de Thoulouze, lequel sladonnoit ainsi qu’il faillait aller trouver la Garonne et cheminer au long de la rive quelque temps. In., ib., 90. Son chemin s’adonnant au travers d’une Eglise, il ne passoit jamais en ce lieu saint.., qu’il ne fist sesprieres et oraisons. 111.10IiirA.1GNE, I, 56 (IL, 444). Cette troupe, mal menée par un temps orageux, tut conduite à un mesehant petit pont de bois… où leur chemin ne s’adonnait point, comme n’ayant aucun ruisseau à passer,. AuBic, N, ! liste Univ., XIV, 10. Les réformés tenoient à la ilVTotte-Sainct-Eloi, les régimens de Cherhonnière et de Bories, pour estre Prests a se jetter dans Sainct Maixant, où il suri, bit que le premier siège s’adonnoit, tarit pour la foiblesse de la place que pour son avancement. ID., ib., Xl, 14. S’adonner, Se présenter, être favorable (en parlant du temps, de l’occasion, etc.). Tous an i.maulx à toy vont à recours, Les yeulx au ciel, à fin que le secours De la bonté à repaistre leur donne, Quand le besoing et le temps s’y addonne. MA ROT, Pe. de David, 104. Ce que jiay denberé ne taire, soit au Benat„ soit a Passemblee du Peuple, si le temps et l’occasion s’y adonnent. Tra.d. des Cinq premiers liv. des inhales de TA CITS 1V, p. 154.L’occasion sa.donna que vostre ais y tantost apres, ou le lendemain, me demanda si je vous avais veu. CA.r.vi N7 Leures., 1692. —1’lesme quand loportuaité s’adonnerait de vous inciter plus souvent} je croy que ma diligence ne vous faseheroit point. ID., ib., 3101, Il ne tiendrait pas a nous que le mal ne se List si l’occasion s’y adonnoit, In., Serm. sur le liv. de Job, 111 (XX XIV, 623). Lorsque la saison nouvelle s’y addonne, vous oyez sous le couvert d’un arbrisseau la musique des oysillons. E. PASQUIERI, LairÉSI. Il, L Les Lansquenets, quand le temps s’y adonne, Ne vont-ils pas servir qui plus leur donne ? RowSARD> Fragment du Plutus (VI, 282). Fermé moy, si l’heure s’adonne Que je soy prés de ta personne, D’estourdir la faim un petit De mon amoureux appetit. Baïf, DiQerses Amours, L. III (ï, n0). Mais toute terre n’est pas bonne. Je gangue ou per, comme s’adonne, Mon labeur seIon le terrain. Mimes, Li 11 (V, 77)P Donnez moy donc à boire.. puis que les affaires vont ainsi et ainsi, et.que la saison s’y adclonne, Du FAlL, Contes diEuirapel, 17. „Pay falot ceste digressionpuisque le subject s’y estoit aCIOnné. BRANTÔME5 Cap. franç.., M. de Guise (IV.1.97). Pour… sauver quelques maisons de gentilshommes et Gergeau, si le besoin s’y adonnait, AU RIGN hriSt. Unip., VII, 21. Adonné. Favorable..en parlant du I.tmps. dn moment), Voyans les armes familiariser bien fort. avecques l’Amour, aussi y étant le temps fort addonné, pendant que nous trouvons ic.y en recay, peut-estre ne seroit-ii hors de propos, de disputer de Peste. d’un bon Capitaine. E. PASel k Monophib, L. f (JI, 7S6)..donneur`. Le regent gent et des donneurs d’honneurs Des or donneurs tant oui desordonneu.rs Qu’aux adorateurs. Ane. Poés. franç., XIII, 409. Adorai, Adoncquee, v. Arlone. Adoperateur. Opérateur, auteur. Le Medecin est l’ordinateur ; l’Apoticaire radoperateur. E. PASQUIE14 Lettres, XIX, 16. Ne pensez pas que Dieu soit, lors au milieu. de nous : c’est le Diable, adoperateur de toutes ces meschantes et malheureuses pensées. In" ib.> XX, 9. Adoperatricee [L’homnrie] fut accompa.gné de deux parties, par l’une desquelles fut representee la perfection qui gist au cerveau (c’est la raison adoperatrice de Justice.), par l’autre, son imperfection.. E. PASQ LTIZR, Plaidoyé pour M. le Duc. de Lorraine (1. 1083). Adoperer. Mettre en œuvre. Quand le fils congneut qu’il estoit temps li’adoperer son latin, il s’en vint vistement. au curé et lu y dit. DES PÉRIEit, Réare, 21. Adopter.., Sriadopter. de. Se faire adopter par. Marc. Aure_ile Antonin, pour s’estre pendant sa vie adopté de la famille des Stoïques sous Apolloine Calcedonien, fut estimé bon Empereur. E. PAS-QU’ER, Pour-parler d Prince (I, 1022). (Prononciation.) Il le voulait adoter pour son Els, EnA NIAM x des _Daines, part. I I (IX, 623). Pour voir leur cousin si proche aduté filz et marié en la maison de France. Io., i ! (IX, 627). Adoptivernent. Par adoption. Ceus do nostre eage… y ont ente quelques greffes artificielement prises du Grec et Latin, qu’ilz ont si subtilement appropriées au Lige, qu’elles semblent estre na.tivement venues de la mesme racine, et non d’une estrangere apportées et adoptivement inserées. LE (7, A RO De e la. Claire, 9 b, dans Vaganay, 2000 mots. Adoratif. Sens en ton respiter adoratif la suavité du lieu heatificque. LEMÀ.1 aiD BELCES le Temple d’Honneur ei die Vertus (IV, 225).

Adoratoire (adj,). D’adoration. Et par maniere de cerirnonie adoratoire liorrnord et reverenda les tries sainctes et venerahies representations dessu.sdictes. ID., ib. (IV, 221).