Page:Dictionnaire de la langue française du seizième siècle-Huguet-Tome1.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
APPOINTER 1
262


l’appoincter au conseil. L’HoSPITALe Reformai de.„ la Justice, 6e Part. (V, 254). — La cause fut appointée au Conseil, et ordonné que les parties demeureraient en tel estai qu’elles estoient. E PAS. QUIER• Lettre, XXIre 12..1. Décider par un jugement. — Le tout veu au net fut dict et appoincté que l’Hyraigne changeant. de maison demeureroit paisiblement… aux maisons du pouvre populaire. DL :, FA_IL, Baliper. neries d’Eutrapel (p. 52). _. Mettre d’accord par conciliation ou par jugement, réconcilier. — En ce concile les Cordeliers qui desja avoient differemt les uns avec les autres e4 furent appointez. LEMALRE DE BELGES, Schismes… el Contikcs, 2e Part, Un, 307). — Ces gens que tu vois, Qui sans cesser se rompent, teste et voix Pour appoincter faulx et chetifs humains, Qui ont debatz, et debatz ont eu maints. MARoT, l’En… fer. — Povres gens sans refuge Ne redoubtoient la face de leur juge, Mais en seurté se sça.voient accointer Sans qu’il fallust juge à les appointer. ID.,. Liv. Il de la Metamorph.— Un homme avoit des enfans trois ou quatre Qui se vouloyent tousjo-urs frapper et battre, Et ne pouvoi t. jamais les appoin. ter. CORKOZET, Fables d’EsorE> loi. — Il eut un filz nommé Tenot Dendin… lequel semblablement voulut s’entremettre d’appoincter les plai-doians. RABELAIS, III, 41. — J’appointe quelqu’un de mes cognoissans, m’efforçant de leur faire entendre qu’ils auront plus de praufit de vivre en amitié que d’estre en querelle, LA B0É, T1E1 la Mesnagerie de XEN01910Isi„ 19, — Aussi tost donques que Cimon fut de retour, il a_ssopit la guerre et appointa les deux citez ensemble. _AMYOT, Cireon, 18. — A grande peine et labeur il appointa et appaisa à la fin tous ses citoyens, el les meit en bonne paix les uns avec les autres. ID.• Aratus, 14. — Luy aussi estant apparu au monde, a declairé que la cause de son ad.venement estoit de nous recueillir de mort à vie, nous ayant ap pointez avec Dieu. CALVIN, inStii., IL XII, 4. J• Ce n’est pas assez de savoir que Jes-us Christ soit la seule hostie pour nous appointer avez Dieu, sinon que nous adjoustions quant et. quant qu’il y a. eu une oblation seule. ID., ib., IV, xvin, 6. • Je dy.cp.ie mieux je chante Que Jaquin, et Jaquin de chanter mieux se vante : Tu orras Pim et l’autre ; et, comme tu verras Que nous aurons O. chanté, tu nous a.pointeras. BAÏF’, Eglogue 4 Ur, 261. — La premiere proposition est inevitable : nous sommes en difficulté de la 2e avec Calvin,.i qui nous appointera ? St FRANÇOIS DE SALES, COP e troperses, Il, III, 1.’S’appointer. Se mettre d’accord, se réconcilier, faire la paix. — Or sus soyons d’accord, Appointons nous, allons nous mettre à table. LEMMRE • DE BELGES, ler Conte de Cupido et d’Atropos (Ill, 40 ?, — Apres que les Atheniens eurent esté ainsi subjuguez, les Achi-ves et les Lacedemoniens sap-poincterent avec Archelaus. SEYSSEL, trad. d’Ap Pi EN• Guerre M itheidatiqUe, ch. 8, p. 178. — Dieu, qui justement nous hayssoit et avoit en desdain à cause du peché, s’est appointé avec nous par la mort de son Fils, pour nous estre propice. CA LvtN, InSiii, II, xvii, 3. — Tant de fois s’appointer, tant de fois se fascher, Tant de fois rompre en semble et puis se renouer. RONSARD, Sonnets pour Helene, I, 19. Appointer que. Cninvenir que, — Les Troyens appointerent avec lesdits Grecz, quilz auraient mille talents dor et mille talents dargent. LEMAIRE DE BELGES, nhtsgr., IL 22. — Après beaucoup d’autres paroles, ils vindrent à gager sur cela leurs metairies, ayans ainsi appointé entr’eux que si TravailIin seroit trouvé en mensonge> la me-tairie d’Emilian seroit à.Lucàfer ; au contraire, s’il ne se trouvoit mensonger. Lucafer perdrait la sienne. LOUVEAU, trad. des Facetieuse$ _Nuils de STRApARIDLEt III. 5, Appointer (intrans.). Faire un accord, un arrangement. — Alors vit Jacquinot quelle y venoit de bon courage, et marchanda et appointa avec elle, et print les cent sols. NICOLAS DE TROYES. Grand Parangon, 15. —Je nay encore s sceu comment il a appoincté touchant l’investiture et reco gnoissance de ses terres. RARE LAIS. Lettres 111., 345). Traiter> faire la paix, se réconcilier. — Très vol-lentiers appointoment Au Roy de Thunes je feray, Pourveu qu’en or contant seray Defirari du voyaige falct En ce païs„ car en eftect Autre ment n’en a.ppointeray. GRINGORE, St Loys, L. VIII (IL 283). — Je suis d’advis que veniez appoinctant : Quant au courroux, en moy n’en a point tant Que pour le bien de vous six je ne veille. MARoT, Epistres, 13 (.4zez Dames de Pari. — Combien de fois ce Peleide Refusa les presens d’Atride Pour appointer ? RONSARD, Odes, IV, 25. — Comment est-ce que les rneschans pensent couvrir toutes leurs iniquitez, sinon pource qifils cuident avoir appointé avec Dieu, tellement qu’il ne sache plus que dire, quand ils luy auront ainsi fait quelque present, comme de corruption ? CAL VIN. Sern.É., sur le Deuter,’73 (XXVII> 62). — Apprenons de prevenir Satan, et de loin cercher les mayens d’appointer, en telle sorte que les contentions ne viennent pas jusques à effusion de sang. ID., ib., 11.8 (XXVII, 621). — Par ceste res-ponse les Romains cogneurent bien qu’il n’y avoit point de moyen d’appointer avec. ce Roy Bren nus. Arnyoir, Camille, 17. — Titus c, ornnicricea lors une fort belle et fort juste guerre alencontre de Nahignnn mais, , , le pouvant prendre, il ne le voulut pas faire, ains appointa avec luy. ID., Flaminues, 13, — Pyrrus.„ aima mieulx appointer avec Iuy [Neoptolernus] ; et fut accorde entre eulx qu’ilz seroyent tous deux ensemble Reys d’Epire, ID11 Pyrrhus„ 5. — Ayant surpris Nume-rius, "un des amis de Pompeius, il [César’l’envoya à Brundusium devers Pompeius„ lie faire offre d’appointer avec e.gales conditions. In „ Pompée, 62. — Quant est de reparer les offenses et appointer avec son prochain., la raison est diverse. CA-LV1N• JflSWn HI, IF, 14. — J’ay bonne esperance eavoir bientost appointé avec ceux en l’entendement desquels raison trouve quelque pla.ce. H. ESTIENNE, Apia. pour lier. Introd., p. x. Appointer contraires. Établir par un arrêt que doux plaideurs sont parties adverses. — Dans le Enèrne sens : appointer en contrariété. — NOUS ne cessames huy de lire Voz procès qui a tant duré, Et avons tout consideré, Vos raisons et falz péremptoires, Et, tout bien veu et sçavouré, La court vous appoincte contraires. Anc. Poés, franç., V, 32. — En chose controversee entre parties qui n’estoient d’accord de leurs faicts il les altroit appointees contraires et reglees de delais pour instruction de procez. lir. LOYER, Hia. des Spec tres, VI, 15. — La cause y fut autresfois traietee, et par Arrest du 9 Aoust 138g entre le Procureur general du Roy et le Duc de Lorraine, les parties furent appointées en contrarieté de faicts., et cependant par maniere de provision ordonné que la ville seroit regie sous la souveraineté du Roy. E. PASQUIER, Recherehe ?, VI, 35. (Fig.). L-stre appointés contraires. Être en débat, en querelle, d’opinions contraires. — Ostez, je