Page:Dictionnaire de la langue française du seizième siècle-Huguet-Tome1.djvu/422

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
ASNIEREMENT
332


Id., ib., 125 (XXXV, 82). — Aussi ne plains je gueres…, celles qui, pour estre despites, opiniastres, orgueille.uses, font. les hommes bons devenir mauvais… Et à telles femmes faut practiquer 1.. proverbe François : A rude asne rude osnicr. Count._ iweecifET, 38 Seree (1, ln). (Adj.). De la nature de l’âne. Ignorant, sot — Quant H est esche_tuffe, Hurte les gens comme un toreau ba.unier Fier et yreux, posé qu’il soit as-nier Comme Midas portant d’asnes oreilles. GRIN GORE’, kS AlieS trePriSeS (T, 118). — Qui falot • en plusieurs pays le peuple rebelle et detravé, les pages frians et mauvais, les escholiers bada, ulx et asniers ? Leurs gouverneurs, leurs eseuiers, leurs precepteurs n’estoien t Decretalistes. RABELAls, IV, 53. — Neantrnoins je cognoy la vertu de Ronsard. Et n’ay point, Dieu rnercy, une aine trop beliere, Ni un cerveau asnier. RivA.ITD EAU, Epistre à Remy Belleau (p. 225). — Comment sera-ce que le peuple les estimera [les médecins] experts et • sça.vans. veu qu’eux-inesmes s’enteappellent ignorons et asniers ? GuILL, Bo1’c : 14E7i, 10e Seree.(II, 1 M —Sur le poinct de la hestise et opinias • treté de leurs allegations, excuses et defences, as-nicrcs et brutales, nous sommes tous les jours à nous en prendre à_ la gorge. MONTAIGNE, III, 8 (IV, 19). (Subst., avec les mêmes sens), — Il y a ung grant tas diasniers Qui ont benefices à tas. GRIN • ciortE, le Prince des Sotz, Sottie (I, 220). — Or tre-soriers, amuseurs de deniers, Vous et vo z clers, se n’estes gros asniers, Bien retenir debvozce quolibetR.. DE COLLERYE, Epitaphee, 2i. — Va, gros asnier, te mesles-tu d’escripre Ma vie et. mort, pour inciter à rire Gens d’esperit ? Anc. Poés. franç., X, 12. — Que font les clercs ? Witz parlent., • ilz ont tort. Et les asniers ? chascuri les loue et Prise. J. BOUCHET„ Ope, p. 98 (G., Coinpl.), — Quiconque l’ait faict n’est pas un tel a_snier comme Quintin ou messire Antoine Pocque. CALVVii, Contre les Liberiins, ch. 2Pi (VII, 242), Quand des enfuis auront mal profité à i’escolle, qu’ils seront de gros asniers, apres que ils auront. esté un an sans advancer, il les Faut retourner à l’A B C, ID., Sem. sur le Deuter., 1 (XXV, 607). — Ils à appelleront des caphards et des resveurs… ils • ameneront de gros asniers qui jamais n’ont rien gousté en l’Escriture saincte. Id., ib.., 182 (XXVIII,’713). — Que seroit-ce si les enfans qui sont de hi plus haute reigle estoyent des as-niers, et que ceux qui sont plus bas eussent mieux pro fi té ? I D•, Serin, sur l’Epitre aux Cor (XLI X, 645). — Ro, le vilain (dira chacun) c’est • un monstre contre nature, qu’il soit desja ainsi grand„ et qu’on ait tant poursuyvi à son instruction, et cependant qu’il soit tousjours demeuré un asnier. Id., ib, XII X, 646). — Si quelcun par risée et moquurie voulait Faire jouer aux advo-cats des marmousets personnage de badins, il ne les pourroit faire parler plus sottement que font ces asniers. Id.. Irsw., I, xi, 15. — Puis qu’un tel est Juge, et n’est qu’un a.snier et ignorant, je le seray aussi bien que luy. Du FAIL, Contes d’Eu. trapel, 4 (I, 112). — Par toutes les places et quar-refours ne voyons que trompeurs et usuriers. Dans les Palais que chicanous. Es escholies et col-leges que pedents, asniers, corrompants la jeunesse. Supplerrient• du Catholicign, ch. 6„ dans Tri-cotel, édit. de JiS’at. Men., II, 50. Meule asniert :.).1eu1e tournée par un’âne. — Meule. Ronde, pesante… asniere. M. De la Porte, Epithetes, 264 vo. Asnierement. A la ma.nière d’un âne. — Est-ce pas leur bailler [aux Muses], au lieu de coronnes de laurier, à chacune un cahuet verd asnierernent, oreillé et houpeté de belles franges bigarrées ? TAi iri.-REAU., 1 el’Dial. du Dernocritie, p. 164. a.srlischon, y. A snichon, Aspalathe (ii : una01004., genêt épineux. 11 Quelques parfums faits aveeques safran et autres drogues Aromatiques que Dioscoride escrit estrg apeortees de. Syrie, comme l’Aspalatbe, qui cd une espece d’arbrisseau espineux. LE LOYER, des Speares, VIII, 1. — L’arc-en-ciel touchant l’espine aspalatus la rend plus odorante que le lys. S1 FrtAriçois DE Smfr, s., Amo « …er de Dieu, II, 5 ; — Le bel arc-eu-ciel rend odorantes toutes les plantes sur lesquelles il tumbe, mais plus que toutes incomparablement celles de l’aspalatus. ID., X1, 3. Asparge, y. Asperge. Aspect. Regard, vue. — Fiche donc toit aspect’en ma beauté FiDit equiparable. Lin1AIiu IIE BELGES, IllitS1r., I, 31_ — Arreste ton plaisant as pect sur la speciosite dont je suis decoreeId., 1, 32. — Tu as jetté ton rigoreux aspect Sur moy. MARC ». Dr.. NAV+, les Margucrites, Complainte pour., un prisonnier (III, 72). — Les Intelligences ce : lestes, les Dieux tant marins que terrestres en ont esté tous effrayez, voyans par l’usaige de cestuy be.nedict Pan tegruelion, les peuples Arctiques en plein aspect des Antarctiques, franchir la mer Athlanticque, passer les deux Tropieques… avoir l’un et l’autre Pole en voue à fleur de leur Orizon. R ABE LA IL III, 51. — Soubdâin la mer commença s’enfler… Le ciel tonner du hault, fouldroyer, es. Glairer, pluvoir, gresler… nos aspectz tous estre dissipez et perturbez. ID-.. IV, 18. — La Philosol phie que j’exerce ne demande point la solitude, et ne puis philosopher sans la communication de vous, qui estes l’astre sur lequel je dresse tous me$ aspects, et à la conduite duquel je voy tous les mouvernens de mon ciel. E. PASQUIER, Colloques d’Amour, 1. (11, 791)— Et terripe.i.rant ton impi. teux courroux Regarde moy d’un aspect un peu doux. Ard, JAMYN, Œuv. PoeL, L. y, 273 vo, — Tout de rnesme en est… d*un animal qui se trouve en Lybie, lequel tue par son regard… aussi bien que le Basilic, qui excite le venin par les rayons de son aspect, et le jette par sa vapeur au dommage de l’homme_ GUILL. BOUCHET, lge Seree (III, 203). Une puissance qui ne peut tomber en l’aspect de tes yeux les menera [les Diables]… hors de ta presence. LE LûYER, H. des Spectres, VII, 1, — Pour la lin du combat faict à l’aspect de plusieurs aIregardans deçà et delà le Rosne, la tiFrtunefut encores si bonne pour le seigneur der Créqui, qu’il abbat son ennerny et le tue. BRAN. irÔmE, Disc. sur les Dune (VI, 358). — Tout au devant et à t’aspect du peuple, y avoit trois arcades a façon de portes. Les grancM pardons d’A n. neey, dans S% François de Sales (Xnr, 407), — il luv a pieu, me faisant du bien, : n’inspirer avec un desir de vertu celuy de me rendre digne de l’aspect du plus parfaict et du plus victorieux Mo-nargue du inonde. REGN : En, Epitre au Roi. Manière de voir. A ()astre aspedi D’après votre manière de voir. — A tort quelquefois vous esba-hissez voyans villes con fla_grer et ardre par foudre et feu Etheré, et ignorans de qui, et par qui, et quelle pari tirolt cestuy esclandre horrible à vos Ire aspect, mais à, nous familier et utile. RABE-LAIS, V, 47. Sus l’asperg de. Du côté de. — La riviere de Loyre decoulloit sus l’aspeet de Septentrion. Rabelais, 53.