Page:Dictionnaire de la langue française du seizième siècle-Huguet-Tome1.djvu/50

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
xxxvi
PRÉFACE

Un marchand est celui qui fait un marché. Au \r le siècle, ce mot pouvait être le nom de l'acheteur aussi bien que celui du vendeur L'image, s'il est beau, son marchand trou- vera, A quelque pris que soit contant s'achètera. Rimes de P. DE LAVAL. 61. — Marchander ne se bornait pas au sens restreint de discuter le prix, mais avait le sens générai de faire du connnetce Grand joie ilz ont quand ce dont if z marchandent _Pauli au pays, parce qu'a lors Li z vendent Toul a leur pris, sans raison ne pitié. J. Boueur', Epmitres morales du Traverseuri II, 1- x , 1.

Un patient est un homme qui souffre on employait souvent le mot dans le sens de malade ; Il commande rien n'estre au medecin... qui puisse offenser le patient. RABELAIS.: IV, Ancien Prologue.

Un pelerin était un voyageur, que le but d son voyage fût profane ou religieux Par l'a ppreftension des cala mitez que soi f /rent iournellement les pelerins de l'Ocean. CHO- MÈRES, Ire Matinée.

Le mot recteur, quoiqu'il fût depuis longtemps employé dans un sens spécialement universitaire, pouvait encore désigner, d'une façon générale, celui qui dirige, qui gou- verne : Elle fait Dieu recteur du inonde de parolles seulement et non pas de faicl. CiavriN, Pistil., VIII, p. 502.

Un veneur était, un chasseur, et non pas seulement un auxiliaire dans une grande chasse En ce temps là les Princes et les peuples ivoient pour la pif4spart de venaison. Si ayloient presques tous veneurs plus que laboureurs. LEMAIRE DE BELGES, Illustr., III, 1.

Le mot famille désignait tous ceux qui habitaient la maison, les serviteurs comme les maîtres. Souvent, pour distinguer les serviteurs, on leur donnait le nom de grossière famille : Si d'autre part le maisire traide inhumainement sa : c'est larrecin devant Dieu. CALVIN, III, p. 160. — Cestui-ci sera pour vostre table, el cestui-là pour vostre grossiere O. ri E SE RRES7 Th. d' Agric.., Vill, L

Escadron, mot récemment emprunté à l'italien, signifiait troupe en général. I1 s'ap- pliquait aux soldats à pied comme avx soldats à cheval Les gens de cheval Romains... demeurerent en fin ma istres de la place ; et incontinent apres les escadrons de pied se venans à. heurter, commencerent une bataille tres-cruelle. FAUcEier, l t iq. , 1, 23. — Le mot ser- vait même à désigner des troupes qui n'avaient rien de militaire Je semble cii qui nombre Les Cailles, qui couvrant la mer hale d'ombre, Pour vivre sous un Ciel plus teconcl el plus do us Viennent par esta ro passer l' Esté chez nous. Du BARTAS, Ire Semaine, fie Jour.

Faon se disait des petits de toutes sortes de bêtes Pay nourry... ces deux enfang dans une caoerne, comme la lionne ses faons. FAUCH ET, A ntig., I I, 20.

Les mots concile, congrégation, consistoire n'étaient pas encore restreints à leur sens ecclésiastique. Ils pouvaient encore s'employer dans la signification générale d'as.s.eiri- Née Jupiter irriié des larmes de sa fille Des Dieux incontinent ssembla le concile. RoN- sA.RD, Hymne de la 'Justice. — Les congregations et assemblees des hommes associées par droit, qu'on appelle citez. L. LE Box, trad. des Politiques d'Aristote, I, 2, Comment. — ineas... lu y dit... que le Senal luy a'oit proprement semblé un consistoire de plusieurs Rois. AMYOT, Pyrrhus, 19.

Seminaire signifiait au propre liez où l'on sème. Au figuré, il était à peu près l'équi- valent de pépinière : Depuis le commencement d'Octobre jusques à la fin de Janvier... est bon de planter les Oignons... à telle cau,se doucement les arrachons du se funaire. O. DE SERnEs, Th. d' Agric.,. VI, 4. — Le collége des aclvocats est le séminaire des plus grandes charges publiques. L'HOSPIT. L, Reformai. de la fast., 4e partie.