Page:Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines - Daremberg - III 3.djvu/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


MAC

— U37

MAC

M

MACELLUM, MaxsÀXov’, marché. — A l’origine, dans les villes romaines, c’était sur le forum que, à certains jours, se tenait le marché. Puis, peu à peu, les forums se transformèrent : de plus en plus, ils devinrent des lieux de promenade, de rencontre ; on y tint’des assemblées, on y vota ; les tribunaux les envahirent. Les boutiques, qui gênaient ces manifestations de la vie publique el dont le commerce devait être également empêché par des foules souvent tumultueuses, émigrèrent. C’est ainsi qu’à Rome, les bouchers d’abord, dont la basilique Sempronia fit disparaître, en l’an de Rome 583 (=171 av. J.-C), les dernières boutiques -, elles marchands de poissons, comme eux jusque-là établis sur le forum’, se transportèrent plus au nord’ sur un nouveau forum, qui (ul appelé foj’um piscarium ou piscatorium’^ . En même temps se fondaient dans diflTérents quartiers de la ville des forums ou petits marchés ayant chacun leur spécialité : forum siiarium, forum vinarium , foi’um cupedinis, etc.’, tandis que, sur le grand Forum, les monuments el les magasins luxueux des orfèvres el les banquiers remplaçaient les humbles boutiques d’autrefois * [forim, I, p. 1-278

Mais bientôt se produisit un nouveau changement. Le forum piscalorium fut remplacé par un grand macellum, le premier marché proprement dit de Rome, où se vendaient tous les produits jusque-là répartis entre les forums spéciaux °, où affluaient les denrées alimentaires apportées des campagnes ou envoyées des provinces à Rome ’". Par suite, les forums spéciaux disparurent presque tous successivement. Mais, comme tous les usages s’établissent progressivement et ne sonl pas créés d’une seule pièce, nous voyons le mol macellum usité avant la construction du premier édifice de ce genre : le forum piscalorium, en efTet, est appelé par Piaule tantôt forum piscarium", tantôt macellum^- ; Tite-Live le nomme aussi forum jjiscatorium’^ ou macellum^^ ; de même le scoliaste de T(-rence attribue au foi’um cupedinis le nom macellum ’^. En même temps qu’il portail déjà le nom macellum, le forum piscalorium mettait aussi en vente des denrées très variées ’°. De cela on peut donc conclure que, lorsque le premier macellum dont nous venons de parler remplaça le forum piscalorium, ce fut moins une création nouvelle que la consécration d’un état de choses peu à peu établi. D’ailleurs, le nom et l’institution sont d’origine grecque. Varron nous dit que, de son temps, les Lacédémoniens donnaient encore aux marchés le nom i.i■/.^ko^^ . Il faut donc accepter avec la défiance hal)ituelle les élymologies présentées par les anciens grammairiens ".

MACELLUM. 1 Cf. Etienne, Thesaur. s. v. ; Uio, LXI, 18. Dans des Icilcs épigra |)lii.(ucs : Ilull. de corr. hetl. I. X, p. iSC, n» 29 ; XVII, p. 3, n» 6 ; p. 261, n» 45 ; XX, p. liC, I. iô ; p. 131. — 2 Liv. XLIV, 10. — 3 l’Iaul. Capl. IV, 2, 748, s.

— ’ Cf. 0. Gilbert, Geschichte und Topogr. der Stadt /loin, III, p. 207. — 5 pjaut. Ciircul. IV, I. 481 ; Varr. Lintj. UU. V, 146. — G Liv. Xl„ 51 ; Collim. VIII, (7, s. fin.

— ’ Varr. L. t. ; Tac. Anu. Il, 49 ; Ulp. Dig. I, 12, Il ; Pcsl. ap. Paul. Diac. s. v. lloarium, p. 30 ; Corp. inser. lut. t. |2, p. 323 et 333 ; XIV, n» 430. — 8 Varr. ap. Non., XII, 30, p. 532 ; cf, TliMcnat, Le Forum romain, p. 5. — 9 Varr. Ling. Ittt. V, 1M-H7. — 10 Donat. ad Tcrcnt. Eumich. Il, i, ÎS. — Il Curcul. IV, I, 481.

— <2/»M«do/. I, î, 105. — 13 XXVI, 37. — IXXVll, il.— 15 Donal. ad Tcrcnt. L. l. _ IC piaul. AnluL II, 7, 320, s. cl apud Varr. Ling. Uxt. V, 140 : forum piscarium ubi variae res. ■- " Varr. L. l, — ’« Varr. L. I. ; Fcsl. ap. Paul Diac. p. 123, ». II. : Isid. rjrig. XV, 2, 44. — <9 Sur l’emplacement du forum pitcalorium cl, parsuilp, du marclié i|ui le rcmplai ;a, cf. les disscrlalions de Iliisclil, Oputcul. Il, Le macellum était au nord du Forum ". On ne sait pas à quelle date il fui fondé el peut-être n’existe-t-il pas de date bien précise. En l’an de Rome 575 (= 179 av. J.-C), cet édifice, détruit par un incendie qui éclata au nord du Forum, fui reconstruit par les soins des censeurs Q. Fulvius .XobiliorelQ. F’abius Maximus^". Pas plus que la date précise de l’apparition du premier macellum, on ne sait celle de sa disparition. On a supposé avec vraisemblance qu’il fut démoli quand son emplacement devint nécessaire à rétablissement du forum d’Auguste -’, et que cel empereur, pour le remplacer, éleva sur l’Esquilin le macellum Liviae--, appelé aussi forum Esquilinum- ^ el, dans le régionnaire, mace//M«i Livianum^^. C’est le nom de Livie qui a fait, avec raison, attribuer à Auguste la fondation de ce marché. Il subsista longtemps. Les empereurs Valens et Gratien l’ornèrent de nouvelles nrme entourées de portiques’", et son nom se rencontre encore souvent dans les documents du moyen à^e ’". On a découvert à Rome, sur l’Esquilin, via Principe .raedeo, un marché avec son ai-ea, ses portiques et ses boutiques qu’on a voulu, à lort, identifier avec le marché de Livie ■. Celui-ci occupait, sur l’Esquilin, un emplacement connu, près de la. porta Esquilinn ’-*. Un autre marché, le macellum magnum, fui élevé par Néron’-' sur le Cœlius’". On connaît un argentarius ^’ el un procurator macelli magni^-. Un fragment du plan de Rome de Seplime Sévère présente une partie d’un portique garni de boutiques avec l’inscription Fis. 4736. — Fr.

nt du plan de Ron

M.CELLVM (iig. 473G ; ’^ Ce fragment étant isolé et la désignation incomplète, on ignore s’il concernait le marché de Livie, le grand marché, ou un autre marché dont le nom ne serait pas parvenu jusqu’à nous. Si l’on en croit le scoliaste d’Horace, chaque quartier de Rome aurait été desservi par un marché’^. La découverte faite via Principe Amedeo semble venir à l’appui de ce texte. On trouvait au macellum toute espèce de denrées alimentaires ^"^ et de quoi organiser un repas complet’", y compris les cuisiniers. Lesmarciiés des villes de province dépendaient de la municipalité’*. Nous venons de- voir, à Rome, le macellum magnum administré par un procurateur ". Le marché de Lambèsc, ayanl été créé pour le camp, avait une administration militaire*". On veillait parfois p. 393 ; Jordan, Hermès, t. II, p. 94 ; XV, p. 110 ; Urliclis, Afuscum fur Philologie, t. XXIll, p. 84 ; Becker, Handbucli, t. I, p. 503 ; 0. Gilbert, Gcsch. und Top. d. Stadl. 1. III, p. 207, 209 ; Itichicr, Top. d. Stttdl, p. 79. — W Liv. XXVII, H.

— 21 Cf. Richlcr. Op. L p. 79. — 22 Ilio, LV, 8.-23 Corp. inscr. lai. VI, 2223. 6179, 80. — 21 Rcgio V ; cf. Prcllcr, Die /légion, p. 131. — 25 Corp. inscr. lai. VI, 1178. — ’.io Armcllini, Chiesc di Homa, p. 036 ; Liber Ponlificalis, passim

— 2^ /lull. comun. Il, p. 212, s. — 28 /bid. p. 216. — 29 Dio, I.XI, 18 ; Cohen, .Uonnnies imp. I. |2, p. 288, Nero, n" 126, S.—30 Jiegionee l’rbis, Ueg. II.— 31 Corp. inscr. (aï. VI, 9183.— 32/i,rf. 1048.— 33 Jordan, /^orm. Urb. Rom. p. 32, n'> 15, pi. X», 60. — 3V Acr. ad Hor. Serm. I, 0, 113. — 35 Terent. Eunuch. Il, 2, 21, 5. ; Ilor. Ep. I, 15, 31. - -I» Mart. X, 39. - 37 p|in. A’a(. hisl. XVIII, 28, I ; Terent. L. I. — 38 Corp. inscr. lai. VIII, 9062 ; IX, 2C38, 3102 ; XI, 423. — 39 /bid. VI, 1048. — «• Cf. Cagnal, /lull. areh. du Comité des Ir. hisl. 1890. p. 455 ; Corp. inscr. M. VIII, 18224.