Page:Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, Tome I - Julien Remy Pesche.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCLVIII
PRÉCIS HISTORIQUE,

de Froulai fit venir des blés étrangers ; et, lors de la dernière, ce prélat charitable se rendit à Versailles, pour solliciter des secours du roi. L’hiver qui suivit l’année 1789, fut l’un des plus rigoureux dont se rappellâssent les contemporains ; la gelée commença le jour des Rois 1740, et dura jusqu’au 7 mars suivant.

Une maladie contagieuse accompagna la disette de 1621 ; l’année 1637, en vit le renouvellement d’une manière si redoutable, qu’il fallut séquestrer les malades et prendre toutes les mesures de police nécessaires, pour arrêter ou du moins limiter les ravages de l’infection. Ces contagions, ou d’autres non moins redoutables, firent également de nombreuses victimes, en 1649 et en 1660, à tel point qu’il fallut au Mans, lors de cette dernière époque, faire sortir de la ville et confiner dans des baraques qu’on construisit entre les murs de la Couture et le grand-cimetière, les malheureux qui en étaient attaqués.

En 1746, une épizootie s’étant déclarée sur toutes les bêtes aumailles, leur transport dans les foires et marchés fut suspendu jusqu’au mois de mars 1749 : — On fit tuer tous les chiens, dans la crainte que, se couchant sur les litières, ils n’occasionnassent le transport du virus. La maison-de-ville du Mans ordonna que la Chasse de Sainte-Scholastique, en vénération dans le diocèse, fut descendue, afin que de tous les monastères et de toutes les autres églises, on put venir l’invoquer processionnellement : beaucoup des paroisses des environs du Mans, furent de la même manière en voyage (en dévotion), à l’abbaye de l’Épau, peu éloignée de cette ville, afin d’y prier pour obtenir la cessation de ce fléau.

Enfin, de nouvelles épidémies fort meurtrières exercèrent leurs ravages sur les hommes, dans le Maine, de 1755 à 1772, particulièrement au Mans, à Beaumont, à Bonnétable et à Mamers ; à plusieurs époques, de 1773 à 1789, à la Ferté-Bernard et dans les environs ; en 1779, dans plusieurs