Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, IV.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Oh ! parbleu, je n’imaginais pas que vous en eussiez eu la pensée. Croyez-moi, seigneur Codindo, laissez manger en repos vos poulets, et prononcez sur le sort de mon fils, comme vous fîtes dernièrement sur le rhume de la perruche de ma femme. »

À l’instant Codindo tira de sa poche une loupe, prit l’oreille gauche de l’enfant, frotta ses yeux, tourna et retourna ses besicles, lorgna cette oreille, en fit autant du côté droit, et prononça : que le règne du jeune prince serait heureux s’il était long [1].

« Je vous entends, reprit Erguebzed : mon fils exécutera les plus belles choses du monde, s’il en a le temps. Mais, morbleu, ce que je veux qu’on me dise, c’est s’il en aura le temps. Que m’importe à moi, lorsqu’il sera mort, qu’il eût été le plus grand prince du monde s’il eût vécu ? Je vous appelle pour avoir l’horoscope de mon fils, et vous me faites son oraison funèbre. »

Codindo répondit au prince qu’il était fâché de n’en pas savoir davantage ; mais qu’il suppliait Sa Hautesse de considérer que c’en était bien assez pour le peu de temps qu’il était devin. En effet, le moment d’auparavant qu’était Codindo ?



CHAPITRE II.


éducation de mangogul.


Je passerai légèrement sur les premières années de Mangogul. L’enfance des princes est la même que celle des autres hommes, à cela près qu’il est donné aux princes de dire une infinité de jolies choses avant que de savoir parler. Aussi le fils d’Erguebzed avait à peine quatre ans, qu’il avait fourni la matière d’un Mangogulana. Erguebzed qui était homme de sens, et qui ne voulait pas que l’éducation de son fils fût aussi négligée que la sienne l’avait été, appela de bonne heure auprès de lui, et retint à sa cour, par des pensions considérables, ce qu’il y avait de grands hommes en tout genre dans le Congo ; peintres, philosophes, poëtes, musiciens, architectes, maîtres de danse, de

  1. L’enfance de Louis XV fut maladive.