Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, IV.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Je n’en crois rien, seigneur, reprit Mirzoza.

— Et moi je vous réponds que vous trouverez des bijoux plaisants, et si plaisants, que vous ne pourrez vous défendre de leur donner audience. Et où en seriez-vous donc, si je vous les députais en qualité d’ambassadeurs ? Je vous sauverai, si vous voulez, l’ennui de leurs harangues ; mais pour le récit de leurs aventures, vous l’entendrez de leur bouche ou de la mienne. C’est une chose décidée ; je n’en peux rien rabattre ; prenez sur vous de vous familiariser avec ces nouveaux discoureurs. »

À ces mots, il l’embrassa, et passa dans son cabinet, réfléchissant sur l’épreuve qu’il venait de faire, et remerciant dévotieusement le génie Cucufa.



CHAPITRE VII.


second essai de l’anneau.


les autels.


Il y avait pour le lendemain un petit souper chez Mirzoza. Les personnes nommées s’assemblèrent de bonne heure dans son appartement. Avant le prodige de la veille, on s’y rendait par goût ; ce soir, on n’y vint que par bienséance : toutes les femmes eurent un air contraint et ne parlèrent qu’en monosyllabes ; elles étaient aux aguets, et s’attendaient à tout moment que quelque bijou se mêlerait de la conversation. Malgré la démangeaison qu’elles avaient de mettre sur le tapis la mésaventure d’Alcine, aucune n’osa prendre sur soi d’en entamer le propos ; ce n’est pas qu’on fût retenu par sa présence ; quoique comprise dans la liste du souper, elle ne parut point ; on devina qu’elle avait la migraine. Cependant, soit qu’on redoutât moins le danger, parce que de toute la journée on n’avait entendu parler que des bouches, soit qu’on feignît de s’enhardir, la conversation, qui languissait, s’anima ; les femmes les plus suspectes composèrent leur maintien, jouèrent l’assurance ; et Mirzoza demanda au courtisan Zégris, s’il n’y avait rien d’intéressant.

« Madame, répondit Zégris, on vous avait fait part du prochain mariage de l’aga Chazour avec la jeune Sibérine ; je vous annonce que tout est rompu.