Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, V.djvu/215

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

NOTE




Comme on l’a vu dans l’article de de Vaines sur la Religieuse (Notice préliminaire) et comme on le verra dans l’avertissement de Naigeon qui va suivre, l’éditeur fut assez généralement blâmé d’avoir joint au roman la seconde partie où Grimm explique les motifs qui portèrent Diderot à l’écrire et les circonstances dans lesquelles il fut composé. Ces reproches, avons-nous dit, ne nous paraissent pas fondés. Est-ce parce qu’aujourd’hui la critique a complètement renversé son objectif ? Cela est bien possible. Mais la critique a-t-elle eu raison de changer ainsi ? Voilà ce qu’il faudrait discuter longuement. Nous nous bornerons à approuver la critique et nous aurons, sans aucun doute, de notre parti tous les lecteurs qui sont plus amis de la vérité que de Platon. On va lire les objections de Naigeon. Il les avait placées en tête de l’addition de Grimm, afin de leur donner plus de force en prévenant le public. Nous les avons placées après, par la même tactique, afin de leur enlever un peu de leur portée, en laissant au public le soin de se faire sa propre opinion. Tous les lecteurs non prévenus n’auront vu, bien certainement, dans cette annexe, que ce que Grimm y voyait lui-même : une partie du roman qui explique l’autre, comme le fait une préface, et qui était la seule préface qu’il fallût au livre, une fois lu. Qui cherchons-nous ici ? Nous cherchons Diderot. Où le trouvons-nous ? Nous le trouvons surtout dans cette préface-annexe. La prétention de Naigeon et des critiques qui l’ont suivi, de vouloir transformer la Religieuse en un document historique est insensée. Ce roman est plus que de l’histoire, et en le réduisant au rôle d’un mémoire destiné à un avocat on l’amoindrit en voulant le grandir. L’illusion que pensaient maintenir Naigeon et de Vaines aurait-elle pu durer ? Voilà ce que ces critiques auraient dû d’abord se demander. Quand ils auraient été convaincus du contraire, n’auraient-ils pas été forcés d’avouer qu’ils avaient voulu jouer le rôle de trompeurs ? Et combien ce rôle est-il