Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, XIX.djvu/267

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vétius, la tête enfoncée dans son bonnet, décompose des phrases, et s’occupe, à sa terre, à prouver que son valet de chiens aurait tout aussi bien fait le livre De l’Esprit que lui. Wilkes n’est plus en faveur, parce qu’incessamment il sera ruiné, et que sans nous en apercevoir nous prenons les devants avec le malheur, et que nous rompons avant qu’il soit arrivé, parce qu’il serait malhonnête de rompre après. Le chevalier de Chastellux est cloué quelque part ; et quand on est jeune, ce clou-là tient bien fort. La Baronne dit que l’abbé Coyer est du miel de Narbonne tourné, qu’il ne faut pas le lui envoyer. Il y a près de soixante ans que le chevalier de Valory fait le rôle du chien de Jean de Nivelle. Voilà presque toute la société. Vous la connaissez presque aussi bien que moi. Je viens, au milieu de notre disette, de leur dépêcher le juif Berlize ; c’est le secrétaire de mon fils d’Aine et l’intendant de sa mère. Il joue, il déraisonne ; on s’en moque, il se fâche, et l’on s’en moque bien davantage.

Mon retour à Paris a été différé de trois ou quatre jours par une petite malice de la Baronne, qui a corrompu secrètement ceux qui s’étaient engagés de me venir reprendre. Je suis arrivé tout à temps pour arrêter les suites d’une multitude de petits orages domestiques qui s’étaient élevés pendant mon absence entre la sœur et la sœur, entre la mère et la fille, entre la nièce et la tante. Chacune est venue m’apporter ses griefs ; toutes avaient tort. Je leur ai donné raison à toutes. La petite bamboche a promis d’être plus réservée dans ses propos, et tout est calmé. Mon premier soin, en mettant pied à terre, a été d’aller voir Mme de Blacy, car quoique j’aime bien à rire, j’aime encore mieux consoler ceux qui pleurent.

J’ai fait ensuite ma visite à la petite sœur, que j’ai trouvée lisant vos lettres et hochant du nez à toutes vos protestations d’amitié. M. Digeon y était. On m’invita à dîner pour aujourd’hui samedi ; mais on se ressouvint que ce jour était promis aux campagnards de Monceaux, et cette réflexion nous embarqua dans une causerie sur la solennité desdites promesses. Notre chère sœur était en train d’étaler là-dessus les plus belles maximes du monde, lorsque je pris la liberté de lui observer qu’il y avait cent façons diverses de promettre qui n’obligeaient pas moins que les protestations les plus expresses, que les bil-