Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 14.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mêlée de terre, & qui n’est point par couche comme dans les carrieres. (D. J.)

Roche, s. m. (Hydr.) est un monceau de cailloux, de pétrifications, de coquillages de différentes couleurs, élevé & formant un rocher, au haut duquel est un jet qui retombe sur ce cailloutage. Ce peut être encore une fontaine rocaillée, adossée contre un mur, imitant la caverne d’où sortent des bouillons & nappes d’eau. (K)

Roche a feu, (Artificier.) les artificiers appellent ainsi un mélange de soufre, de salpêtre & de poudre qui est propre à beaucoup d’artifices. Voici la maniere de le faire.

Prenez du soufre fondu lentement une livre, de salpêtre quatre onces, de poudre quatre onces ; jettez le salpêtre dans le soufre en le fondant peu-à-peu & le remuant très-bien, & ensuite la poudre de même ; remuez le tout ; & lorsque le mélange commencera à se refroidir, vous y ajouterez trois onces de poudre grenée, & remettrez le tout ensemble.

Roche, la, (Géog. mod.) en latin du moyen âge, rupes Ardenuæ ; ville des Pays-Bas, au duché de Luxembourg, dans la forêt d’Ardenne, bâtie sur une roche, d’où lui vient son nom, à 12 lieues au nord-ouest de Luxembourg, avec un château fortifié. Long. 23. 25. lat. 50. 7.

2°. La Roche est le nom d’une autre petite ville de Savoie, dans le Faucigni, assez près de la riviere d’Arve, & sur la Gauche. (D. J.)

ROCHE-BERNARD, la, (Géog mod.) bourg & baronnie de France, en Bretagne, diocèse de Nantes, sur la Vilaine, à 4 lieues de son embouchure, avec un petit port. Ce bourg fut érigé en duché-pairie, sous le nom de Coaslin en 1663, & éteint en 1738. Celui qui possede la baronnie de la Roche-Bernard préside au corps de la noblesse, quand il se trouve aux états de la province. Long. 15. 15. lat. 47. 25. (D. J.)

ROCHE-CHOUART, (Géog. mod.) en latin du moyen âge rupes Cavardi, petite ville de France, aux confins du Limousin & du Poitou, sur la pente d’une montagne, à 24 lieues de Poitiers. Il n’y a qu’une paroisse dans cette ville, qui cependant a titre de duché, & donne son nom à une des illustres maisons du royaume. Long. 18. 29. lat. 45. 49. (D. J.)

ROCHE-D’ERRIEN, la, (Géog. mod.) bourg de France, en Bretagne, à 2 lieues au midi de Tréguier. Il est fameux par les sieges qu’il a soutenus au xiv. siecle, & par la bataille qui se donna sous ses murs en 1347, dans laquelle bataille Charles de Blois, qui réclamoit le duché de Bretagne, fut vaincu & fait prisonnier. (D. J.)

ROCHEFORT, (Géog. mod.) en latin du moyen âge Rupifortium ; mais ce n’étoit qu’un bourg. C’est aujourd’hui une nouvelle ville de France, au pays d’Aunis, sur la Charente, à une lieue & demie de son embouchure, à 3 de Brouage, à 6 au sud-est de la Rochelle, & à 100 au sud-ouest de Paris, avec un port très-commode.

Louis XIV. a fait bâtir dans cette ville en 1664 un magnifique arsenal, un hôpital & des casernes ; il y a fait établir une fonderie de canons, une corderie & un magasin pour l’équipement des vaisseaux ; c’est un siege royal, & le magasin général des autres ports voisins. L’entrée de la riviere est défendue par plusieurs forts ; ainsi dans l’espace d’un demi-siecle Rochefort est devenu un endroit considérable, sur lequel on a fait un ouvrage imprimé à Paris en 1757, in-4°.

L’arsenal de cette ville est le premier qui fut élevé par les soins de M. Colbert ; mais sa position avantageuse à bien des égards, ne sauroit cependant dédommager de l’air mal-sain qui regne à Rochefort, de la mauvaise qualité des eaux, & des sommes immen-


ces qu’a coûté cette entreprise. Longit. 16. 42. latit. 46. 3.

Rochefort dans la Beauce, diocèse de Chartres ; Rochefort dans le Forez, élection de Rouanne, & Rochefort dans l’Auvergne, diocèse de Clermont, sont trois bourgs, que Piganiol de la Force qualifie du nom de petites villes. (D. J.)

Rochefort en Ardenne, (Géog. mod.) ville des Pays-Bas, dans le Condros, aux confins du duché de Bouillon, & de l’évêché de Liege, dont elle dépend pour le spirituel. Elle est située à 2 lieues de S. Hubert, à 6 lieues au sud-est de Dinant, & à 18 au nord ouest de Luxembourg. Elle est environnée de rochers, & a un vieux château rétabli par, le comte de Louvenstein. Ce lieu est une ancienne seigneurie érigée en comté par l’empereur Ferdinand II. Long. 22. 48. lat. 50. 10. (D. J.)

ROCHE-FOUCAUD, la, (Géog. mod.) petite ville de France, dans l’Angoumois, sur la Tardouere, à 6 lieues au nord-ouest d’Angoulême, avec titre de duché-pairie, érigée en 1622, & dont quatre baronnies dépendent. Il y a dans cette petite ville une église collégiale, & un couvent de carmes. Long. 18. 3. lat. 45. 43.

MM. de Daillon (Benjamin & Jacques), issus de l’ancienne famille des comtes du Lude, naquirent tous les deux dans la petite ville de la Roche-foucaud, & le premier fut ministre d’une église calviniste qui y étoit alors ; mais après la révocation de l’édit de Nantes, il passa, de même que son frere, en Angleterre, où ils moururent l’un & l’autre dans un âge fort avancé. M. Benjamin de Daillon étoit un homme de savoir & de mérite. Il avoit un sentiment particulier touchant les diables, soutenant qu’il n’y en avoit qu’un seul, & que l’Ecriture ne parle jamais du diable, que comme d’un être unique. Il prétendoit en conséquence que les esprits impurs que Jesus-Christ chassoit, étoient des maladies, & que l’Ecriture leur donne le nom d’esprits ou de démons, pour s’accommoder au langage de ce tems-là, ces maladies étant déifiées, ou regardées comme des démons ou des divinités parmi les payens.

M. Jacques de Daillon adopta le même sentiment de son frere ; & voulant le défendre par écrit, il publia en 1723, un ouvrage in-8°. en anglois, intitulé Δαιμονολογία, or a treatise, &c. c’est-à-dire, Démonologie, ou traité des esprits, dans lequel on explique plusieurs passages de l’Ecriture contre les erreurs vulgaires touchant les sorciers, les apparitions, &c. avec un appendice contre la possibilité de la magie, de la sorcellerie & du sortilege. (D. J.)

ROCHE-GUYON, la, (Géog. mod.) bourg de France, dans l’île de France, sur la Seine, à 3 lieues au-dessous de Mante, & au-dessus de Vernon. Il y a château, paroisse, foire & marché. (D. J.)

ROCHELLE, la, (Géog. mod.) ville maritime de France, capitale du pays d’Aunis, sur l’Océan, à 34 lieues au nord de Bordeaux, & à 100 au sud-ouest de Paris. Longitude, suivant Cassini, 16. 28. 30. lat. 46. 10. 15.

Cette ville a été nommée par les anciens Portus santonum, parce qu’elle étoit autrefois dépendante de la province de Saintonge, & le meilleur port qu’il y eût dans ces quartiers-là sur l’Océan. Depuis on l’a nommée Rupella, & Rochella pour Rocella, noms qui signifioient un petit roc, & qu’on lui a donné, soit à cause du fonds pierreux sur lequel elle est bâtie, soit à cause qu’originairement elle n’étoit qu’un château avec quelques maisons habitées par des gens de mer.

Ce château appartenoit en premier lieu aux seigneurs de Mauléon en Poitou. Guillaume, dernier comte de Poitiers, l’usurpa sur les seigneurs de Mauléon : il en fit une petite ville, & lui donna des pri-