Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 17.djvu/733

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rées, il y a cependant bien d’autres causes qui y produisent le chaud ou le froid suivant les lieux, comme nous allons le voir.

D’abord les saisons différent dans divers endroits de la zone tempérée, ensorte que sous le même climat il fait plus chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide dans un lieu que dans un autre ; cependant les saisons ne different jamais de l’hiver à l’été, ni de l’été à l’hiver ; les variétés qui se rencontrent dépendent de la nature du sol, haut ou bas, pierreux ou marécageux, proche ou loin de la mer.

La plûpart des lieux voisins du tropique sont fort chauds en été ; quelques-uns ont une saison humide, à-peu-près semblable à celle de la zone torride. Ainsi dans la partie du Guzarate qui est au-delà du tropique, il y a les mêmes mois de sécheresse & d’humidité qu’en-dedans du tropique, & l’été se change en un tems pluvieux. Chez nous, nous ne jugeons pas de l’hiver & de l’été par la secheresse & l’humidité, mais par le chaud & le froid.

Sur les cotes de Perse & au pays d’Ormus, il y a tant de chaleur en été, à cause du voisinage du soleil, que les habitans, hommes & femmes, dorment la nuit dans des citernes pleines d’eau. Il fait aussi très-chaud en Arabie.

Dans presque toute la Barbarie, (c’est ainsi qu’on nomme les pays d’Afrique situés sur la Méditerranée), il commence à regner après le milieu d’Octobre un froid vif & des pluies, suivant le rapport de Léon l’africain ; & aux mois de Décembre & de Janvier, le froid est plus violent (ainsi que par-tout ailleurs sous la zone tempérée), mais ce n’est que le matin ; au mois de Février, la plus grande partie de l’hiver est passée, quoique le tems reste très-inconstant ; au mois de Mars, les vents de nord & d’ouest soufflent fortement, & les arbres sont alors charges de fleurs ; en Avril, les fruits sont formés, de sorte qu’à la fin de ces mois on a des cerises ; au milieu de Mai, on commence à cueillir des figues sur les arbres ; l’on trouve des raisins murs dans quelques endroits à la mi-Juin. La moisson des figues est en état d’être faite en Août.

Le printems terrestre commence le 15 Février, & finit le 18 Mai, dans lequel tems il y a toujours un vent frais. S’il ne tombe pas de pluie entre le 25 Avril & le 5 Mai, on estime que c’est un mauvais signe ; on compte que l’été dure jusqu’au 16 Août. Le tems est alors chaud & serein. On place l’automne entre le 17 Août & le 16 Novembre, & la chaleur n’est pas si grande dans ces deux mois. Cependant les anciens comptoient le tems le plus chaud entre le 15 Août & le 15 Septembre, parce que c’étoit celui où les figues, les coings & tous les autres fruits murissoient ; & ils plaçoient leur hiver depuis le 15 Novembre jusqu’au 15 Février, qu’ils s’occupoient à labourer les plaines. Ils étoient persuadés qu’il y avoit toujours dans l’année quarante jours de grandes chaleurs qui commençoient le 12 Juin, & autant de jours de froidure, qui commençoient le 12 Décembre. Le 16 de Mars & de Septembre sont les jours de leurs équinoxes, & ceux de leurs solstices arrivent le 16 de Juin & de Décembre.

Sur le mont Atlas, qui est à 30 degrés 20 minutes de latitude-nord, on ne divise l’année qu’en deux parties ; car on a un hiver constant depuis Octobre jusqu’en Avril, & l’été dure depuis Avril jusqu’en Octobre : cependant il n’y a pas un seul jour où le sommet des montagnes ne soit couvert de neige.

Les saisons de l’année passent aussi fort vîte en Numidie ; on y recueille le blé en Mai, & les dattes en Octobre ; le froid commence au milieu de Septembre, & dure jusqu’en Janvier. Quand il ne tombe pas de pluie en Octobre, les laboureurs perdent toute espé-


rance de pouvoir semer. Il en est de même quand il ne pleut pas en Avril. Léon l’Africain nous assure, qu’il y a dans le voisinage du tropique du cancer, beaucoup de montagnes chargées de neiges.

La partie septentrionale de la Chine, est à-peu-près à la même latitude que l’Italie, puisqu’elle s’étend depuis le 30e degré jusqu’au 42e degré de latit. cependant le froid qui vient selon les apparences, des montagnes neigeuses de Tartarie, s’y fait sentir si vivement, que les grandes rivieres & les lacs se gelent.

La nouvelle Albion, quoique située à 42 degrés de latitude-nord, & aussi proche de l’équateur que l’Italie, est cependant si froide au mois de Juin, que quand l’amiral Drake y alla, il fut forcé de retourner au sud, parce que les montagnes étoient alors couvertes de neiges.

Prosper Alpin dit dans son livre de la Médecine égyptienne, que le printems de l’année en Egypte, arrive en Janvier & Février ; que l’été y commence en Avril, & dure en Juin, Juillet & Août ; que l’automne arrive en Septembre & Octobre ; & l’hiver, en Novembre & Décembre. On coupe le blé en Avril, & on le bat aussi-tôt ; de sorte qu’on ne voit pas un épi dans la campagne au 20 de Mai, ni aucun fruit sur les arbres.

Au détroit de Magellan & dans les pays voisins, qui sont à 52 degrés latitude ; l’été est froid, car les Hollandois trouverent dans une baie de ce détroit, un morceau de glace en Janvier, qui devroit être le mois le plus chaud ; & sur les montagnes de la côte, on voit de la neige pendant tout l’été. On remarque en général que dans les pays de la zone temperée méridionale, le froid est plus grand, les pluies plus fortes, & la chaleur moindre en été que sous la zone tempérée septentrionale. Seroit-ce que le soleil resteroit plus long-tems dans la partie septentrionale de l’ecliptique, & qu’il s’y meut plus lentement que dans la partie méridionale ?

Aux environs de la ville du Pérou, dans la province du Potosi, il fait si froid, que rien ne peut croître a 4 milles à la ronde. Au royaume du Chili, qui s’étend depuis le 30 jusqu’au 50e degré de latitude-sud, le printems commence au mois d’Août, plutôt qu’il ne devroit, suivant le cours du soleil, & finit au milieu de Novembre. Ensuite vient l’été qui dure jusqu’au milieu de Février ; l’automne succede jusqu’au milieu de Mai. Alors commence l’hiver, qui est humide & fort neigeux sur les montagnes. Le froid est aussi considérable dans les vallées, à cause d’un vent vif & piquant qui l’accompagne.

Au Japon, l’hiver est neigeux, humide, & plus froid que dans d’autres pays qui ont la même latitude, parce que ce royaume est entrecoupé de détroits, & qu’il est entouré de la mer.

Enfin, il n’est point sur la terre de température plus heureuse & plus favorable que celle d’une partie de l’Espagne, de l’Italie, & sur-tout de la France. C’est ici que les gelées de l’hiver préparent sans horreur leur nitre & leur fécondité. Ici, le printems varié & fleuri, modere par des pluies douces & fertiles, le feu de la nature agissante. Ici, le soleil éclairant les nuages, produit une chaleur vivifiante, darde ses influences sur l’homme, sur les animaux, sur les végétaux, couvre la terre de fruits, & les amene à leur maturité. Ici, l’automne couronnée d’épis qui s’agitent sur nos champs dorés, met sa faulx dans la main du cultivateur, pour qu’il recueille avec reconnoissance, la moisson abondante des présens de Cerès, de Pomone, & du fils aimable de la crédule Sémélé. Telles sont les saisons de notre zone : mais ma voix trop foible pour chanter leurs délices, veut que j’emprunte de nouveau les peintures brillantes & spirituelles qu’en a fait M.