Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LIVRE VI
ANTISTHÈNE.


Antisthène, fils d’un homme qui portait le même nom, était d’Athènes. On dit pourtant qu’il n’était point né d’une Citoyenne de cette ville ; et comme on lui en faisait un reproche, La mère des Dieux, répliqua-t-il, est bien de Phrygie. On croit que la sienne était de Thrace ; et ce fut ce qui donna occasion à Socrate de dire, après qu’Antisthène se fut extrêmement distingué à la bataille de Tanagra, qu’il n’aurait pas montré tant de courage s’il eût été né de père et de mère tous deux Athéniens ; et lui-même, pour se moquer des Athéniens qui faisaient valoir leur naissance, disait que la qualité de naturels du