Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


celle du soleil & avec celle des corps qui sont entre-deux & qu’avec cela elle est opposée au soleil, alors s’enfait l’éclipse. Posidonius dit que le mouvement de sa latitude se rencontre avec celle des corps intermédiaires dans l’écrevisse, le scorpion, le bélier & lr taureau.

Dieu selon, les stoïciens, est un animal immortel, raisonnable, parfait, ou intellectuel dans sa félicité, inaccessible au mal, lequel prend soin du monde & des choses y contenus. Il n’a point de forme humaine, il est l’architecte de l’univers, & le père de toutes choses. On donne aussi vulgairement la qualité d’architecte du monde à cette partie de la divinité qui est répandue en toutes choses, & qui reçoit diverses dénominations, eu égard à ses différents effets. On l’appelle Jupiter, parce que, selon la signification de ce terme, c’est d’elle que viennent toutes choses, & qu’elle est le principe de la vie, ou qu’elle est unie à tout ce qui vit ; Minerve, parce que sa principale action est dans l’éther ; Junon, en tant qu’elle domine dans l’air ; Vulcain, en tant qu’elle préside au feu artificiel ; Neptune, en tant qu’elle tient l’empire des eaux ; Cerès, en tant qu’elle gouverne la terre. Il en est de même des autres dénominations sous lesquelles on la distingue relativement à quelque propriété. Le monde entier & le ciel sont la substance de dieu, disent Zénon, Chrysippe dans son livre onzième des