Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


s’eſt mis à enſeigner des opinions pour ſurprendre les hommes par ſes converſations graves & myſtérieuſes.

Xénophane releve ce qu’aſſûroit Pythagore qu’il qu’il avoit exiſté auparavant ſous une autre forme, lors que dans une Elegie il commence par ces paroles : Je vais parler d’autres choſes, je vais vous indiquer le chemin. Voicy comme ne parle Xénophane :

’On rapporte qu’en paſſant, il vit un jeune chien qu’on battoit avec beaucoup de cruauté. Il en eut compaſſion, & dit : Arreſtez, ne frappez plus. C’eſt l’ame infortunée d’un de mes amis ; je le reconnois à ſa voix.

Cratinus luy lance auſſi des traits dans ſa piéce intitulée, La Pythagoricyenne. Il l’apoſtrophe en ces termes dans celle qui a pour tire, Les Tarentins.

Ils ont coutume, lors que quelqu’un ſans étude vient parmi eux, d’eſſayer la force de ſon génie, en confondant ſes idées par des objections, des concluſions, des propoſitions compoſées de membres qui ſe reſſemblent, des erreurs & des diſcours ampoulez ; tellement qu’ils le jettent dans un ſi étrange embarras, qu’il n’en peut ſortir.

Mnéſimaque, dans ſa piéce d’Alcméon, s’exprime ainſi.

Nous ſacrifions à Apollon, comme ſacrifient les Pythagoricyens, ſans rien manger d’animé.

Ariſtophon de ſon coſté plaiſante ſur le compte