Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page n’a pas pu être entièrement corrigé, à cause d’un problème décrit en page de discussion.


rapporte que Platon voulut bruler tout ce qu’il avoit pû recueillir des œuvres de Démocrite ; mais qu’Amycles & Clinias, Philoſophes Pythagoriciens, l’en détournerent, en lui repréſentant qu’il n’y gagneroit rien, parce que ces ouvrages étoient déjà trop répandus. Cela eſt ſi vrai, que quoique Platon faſſe mention de preſque tous les anciens Sages, il garde abſolument le ſilence ſur Démocrite, même à l’égard de certains paſſages ſusceptibles de critique, ſachant apparemment qu’avec les mauvaiſes diſpoſitions qu’on lui connoiſſoit à ſon égard, il paſſeroit autrement pour s’être déchaîné contre le meilleur des Philoſophes, à qui Timon n’a pû refuſer ces louanges : Tel qu’étoti Démocrite, plein de prudence & agréable dans ſes diſcours.

Démocrite, dans ſon traité intitulé le Petit Monde, dit qu’il étoit jeune homme lorſqu’Anaxagore avançoit déjà en âge, lequel avoit alors quarante ans de plus que lui. Il nous apprend qu’il compoſa ce traité ſept cens trente ans après la ruine de Troye. Il étoit donc né, comme le remarque Apollodore dans ſes Chroniques, vers la LXXX. Olympiade, ſelon le calcul de Thrayllus dans ſon ouvrage Des choſes qu’il faut ſavoir avant de lire Démocrite, la troiſieme année de la LXXVII. Olympiade, par conſéquant un an plus âge que Socrate, par conſéquant encore contemporain d’archelaus diſciple d’Anaxagore, & d’Oenopide