Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Pyrrhoniens que contre leurs principes ils reçoivent des vérités & établiſſent des dogmes. Ils reçoivent des vérités par cela même qu'ils diſputent, qu'ils avancent qu'on ne peut rien définir & que toutes raiſon eſt combattue par des raiſons contraires Au moins il eſt vrai qu'un ceci ils définiſſent & établiſſent un principe. Voici ce qu'ils répondent à ces objections. "Nous convenons que nous participons aux ſentimens de l'humanité. Nous croyons qu'il fait jour, que nous vivons, & que nous recevons bien d'autres choſes pareilles qui ont lieu dans la vie; mais nous ſuſpendons notre jugement ſur les choſes que les Dogmatiſtes affirment être évidentes par la raiſon, & nous les regardons comme incertaines. En un mot nous n'admettons que les ſentimens. Nous convenons que nous voyons, nous ſavons que nous penſons; mais nous ignorons de quelle manière nous appercevons les objets, ou comment nous viennent nos penſées. Nous diſons, par maniere de parler, que telle choſe eſt blanche; mais non par voye d'affirmation pour aſſûrer qu'elle eſt telle en effet. Quant aux expreſſions que nous ne définiſſons rien, & autres termes ſemblables dont nous faiſons uſage, nous ne les employons pas comme des principes. Ces expreſſions ſont différentes en cela des principes qu'établiſſent les Dogmatiſtes quand ils