Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LIVRE VII.


ZÉNON


Z


Énon, fils de Mnasée, ou de Démée, était de Cittie en Chypre. C’est une petite ville grecque, où s’était établie une Colonie de Phéniciens. Il avait le cou un peu penché d’un côté, suivant Timothée l’Athénien dans son livre des Vies. Apollonius Tyrien nous le dépeint mince de corps, assez haut de taille et basané ; ce qui fut cause que quelqu’un le surnomma Sarment d’Égypte, dit Chrysippe dans le premier de ses Proverbes. Il avait les jambes grosses, lâches et faibles ; aussi évitait-il la plupart du temps les repas, selon le témoignage de Persée dans ses Commentaires de Table. Il aimait beaucoup