Page:Dionne - Le Parler populaire des Canadiens français, 1909.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Harmonisation — voir la page de discussion du livre

Accablation, n. f.
Accablement. Ex. Ces enfants sont insupportables, ils mettent tout à feu et à sang ; quelle accablation !
Accalmir (s’), v. pron.
Se calmer. Ex. Le temps commence à s’accalmir.
Accaparer (s’), v. a.
Accaparer. Ex. Il est défendu de s’accaparer le bien d’autrui.
Accent, n. m.
Action, ardeur, en parlant d’un cheval. Ex. Mon cheval a un bel accent.
Acceptance, n. f.
Acceptation.
Accommodation, n. f.
— Confort. Ce steamer manque d’accommodation.
Train d’accommodation, train spécial pour accommoder les voyageurs d’une région restreinte.
Billet d’accommodation, billet de complaisance, qui permet au voyageur de se promener gratuitement.
Accomparager, v. a.
Comparer.
* Accomplissements, n. m. pl. (Angl.)
Talents, qualités, connaissances en général.
Accord, n. m.
Réconciliation. Ex. Pourquoi vous chicaner, il faudra ensuite que vous fassiez l’accord.
Accordant, adj.
Conciliant, facile en affaires.
Accords, n. m. pl.
Accordailles, fiançailles.
Accoster, v. a.
S’approcher de quelqu’un pour lui parler. Ex. Quel ennuyeux, il accoste tout chacun sur la rue.
Accoter, v. n.
— Appuyer, soutenir. Ex. Cet homme jouit de hautes influences, il est bien accoté.
— Égaler. Ex. Cet individu a du talent, il est difficile à accoter.