Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tendue, les lèvres avancées, le visage défait et pâle murmurait quelque chose qu’on ne pouvait comprendre. On n’entendait aucun son, mais il remuait toujours ses lèvres et d’une façon étrange.

— Qu’avez-vous ? demanda Alexey en tressaillant.

— Alexey Fédorovitch !… Je… vous… murmurait le capitaine en regardant son interlocuteur d’une manière étrange et sauvage, comme s’il venait de tomber d’une montagne, et gardant cependant son sourire… — Voulez-vous que je vous montre un petit truc, fit-il tout à coup d’une voix basse, mais qui n’avait plus d’hésitation.

— Quel truc ?

— Mais un truc, un petit truc, disait le capitaine. Sa bouche se convulsa, son œil gauche cligna, et il continuait à fixer Alexey comme fasciné.