Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dessus au vestibule, car dans la chambre on est à l’étroit, et il fait chaud.

— Oh, je ne rentrerai qu’un instant et je puis garder mon pardessus, dit Kolia en franchissant le seuil. — Pérezvon restera ici dans le vestibule et fera le mort : « Ici, Pérezvon, couche-toi et fais le mort ! » Vous voyez, le voilà mort. Moi, je vais entrer, examiner la place, et quand le moment sera venu, je sifflerai Pérezvon, et vous le verrez se précipiter dans la chambre comme un fou.

Il faut seulement que Smourov n’oublie pas alors d’ouvrir la porte. Je prendrai mes mesures, et vous verrez ses tours.