Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 33 —

voulez me pendre par le cou, en remontant ses deux poings fermés sous sa gorge, un coup sec et les menottes étaient brisées, deux autres coups secs et les deux hommes de police étaient par terre.

Joessin échappa à la justice de Toronto.

Et c’est tant mieux pour lui, car nul n’aurait fait valoir pour lui sauver la vie qu’il était à son corps défendant lors de la bagarre ou, plutôt, pour terminer la lutte entreprise.

On voulait juger sans l’entendre dans sa langue maternelle.

En tout cas ajoutait la personne à qui j’ai lu ces lignes, Joessin aurait été pendu bien sûr, parce qu’il parlait français, (rire.)

Il s’enfuit à White-Hall où il finit ses jours, sans beaucoup voyager par la suite.

Les journeaux du temps annoncent une lutte publique dans un théâtre de Philadelphie, qu’il fit contre un nommé Baxter : cette lutte fut considérée comme nulle. Moïse, assez âgé, trop âgé,