Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


VI

UN AIGLE SANS ASILE


Mon père me parut être presque de l’avis de Jim Horscroft, car il ne montra pas un empressement extrême à l’égard de ce nouvel hôte, il le toisa du haut en bas d’un air très interrogateur.

Il lui servit cependant une assiette de harengs au vinaigre, et je remarquai qu’il lui jeta un regard encore plus de travers en voyant mon compagnon en manger neuf. Notre ration se réduisait toujours à deux. Lorsque Bonaventure de Lapp eut fini, ses yeux se fermèrent d’eux-mêmes, car je crois bien que pendant ces trois jours, il n’avait pas plus dormi qu’il n’avait mangé.

C’était une bien pauvre chambre que celle où je le conduisis, mais il se jeta sur le lit,