Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/116

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
116
LA NOUVELLE CHRONIQUE

de campagne. Mon frère Mycroft a sa voie tracée, d’où il ne sort jamais : Pall Mall où il habite, le Diogenes Club et Whitehall, ce sont les trois stations entre lesquelles il se meut. Je ne l’ai vu ici qu’une fois. Quelle secousse sismique a pu le faire sortir de ses rails ?

— Il ne vous donne pas d’explication ?

Holmes me tendit le télégramme de son frère.

Besoin vous voir au sujet Cadogan West. J’arrive.

Mycroft.

— Cadogan West ? Je connais ce nom.

— Il ne me rappelle rien. Mais ce Mycroft tomber ainsi chez moi ! Une planète n’est pas plus fidèle à son orbite. À propos, vous savez ce qu’est Mycroft ?

Je me souvenais plus ou moins vaguement qu’Holmes m’avait parlé de son frère lors de l’aventure de l’interprète grec.

— Vous m’avez dit qu’il avait un petit emploi du gouvernement ?

Holmes se mit à rire.

— Je vous connaissais moins bien qu’aujourd’hui à cette époque, et l’on est tenu à la discrétion quand il s’agit d’affaires d’État. Mon frère est, en effet, employé du gouvernement. À certains égards, vous seriez fondé à dire qu’il est parfois le gouvernement lui-même.

— Fichtre, mon cher Holmes !

— Cela vous étonne ? Je m’y attendais. Mycroft gagne tout juste quatre cent cinquante livres par an ; il n’est qu’un sous-ordre ; il n’a d’ambition d’aucune espèce ; il ne reçoit ni honneurs ni grades ; et néanmoins, il demeure l’homme le plus indispensable de ce pays.