Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/193

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
193
DE SHERLOCK HOLMES

sur la route de Westminster. L’emprunteur était un homme de grande taille, rasé, qui semblait un ecclésiastique. Tout démontrait qu’il avait donné un faux nom et une fausse adresse. On n’avait pas remarqué son oreille ; néanmoins son signalement correspondait bien à celui de Schlessinger.

Trois fois, notre ami, l’homme barbu du « Langham Hôtel », se présenta chez nous, demandant si nous n’avions pas des nouvelles. Au moment de sa troisième visite, nous n’avions connaissance que depuis une heure de l’incident que je viens de rapporter. Déjà ses vêtements devenaient trop larges pour son vaste corps. Il semblait se dessécher.

— Donnez-moi quelque chose à faire ! gémissait-il sans trêve.

Enfin, Holmes put l’obliger.

— Notre homme commence à engager des bijoux. Nous devrions le prendre.

— Est-ce à dire qu’il n’est rien arrivé de fâcheux à lady Frances ?

Holmes hocha gravement la tête.

— S’ils l’ont, jusqu’à présent, gardée prisonnière, ils ne sauraient plus la relâcher que pour se perdre eux-mêmes. Attendons-nous aux pires éventualités.

— Que puis-je faire ?

— Ces gens vous connaissent-ils de vue ?

— Non.

— Il est possible qu’une autre fois le soi-disant Schlessinger aille chez un autre prêteur, et, dans ce cas, tout est à recommencer. Cependant, comme il a obtenu un bon prix et qu’on ne lui a pas posé de questions, il y a des chances pour que, si le besoin d’argent le presse, il revienne chez Bevington. Je vous donnerai un mot pour ce dernier. Il vous permettra d’attendre dans son