Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/198

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
198
LA NOUVELLE CHRONIQUE

— J’ai ma canne.

— Bah ! nous nous en tirerons. « Celui-là est trois fois armé qui soutient une juste querelle. » Nous ne pouvons nous contenter d’attendre la police, ni nous confiner entre les quatre coins de la loi. Cocher, vous êtes libre. Allons-y à tout événement, Watson, comme nous l’avons déjà fait quelquefois dans le passé.

Holmes venait de sonner très fort à la porte d’une grande maison mal éclairée, au centre de Pultney Square. La porte s’ouvrit aussitôt, la haute silhouette d’une femme se découpa sur la pénombre du vestibule.

— Que voulez-vous ? demanda-t-elle d’un ton brusque, en nous épiant à travers l’obscurité.

— Je désire parler au docteur Schlessinger, dit Holmes.

— II n’y a ici personne de ce nom, répondit-elle.

Et elle essaya de refermer la porte, mais Holmes retint le battant avec son pied.

— Eh bien, je veux voir l’homme qui habite ici, de quelque nom qu’il se nomme, répliqua-t-il fermement.

La femme hésita, puis rouvrit la porte toute grande.

— Soit, entrez ! dit-elle. Mon mari peut se rencontrer face à face avec n’importe qui.

La porte refermée derrière nous, elle nous fit entrer dans un salon à la gauche du vestibule et remonta le gaz avant de nous quitter.

M. Peters arrive à l’instant, dit-elle.

Effectivement, nous n’avions pas fini de promener le regard sur la pièce où nous nous trouvions, et que se disputaient la poussière et les vers, quand la porte se rouvrit, livrant passage à un homme. Grand et robuste, rasé, chauve, il s’avançait d’une allure légère. Il avait une large figure rouge, des joues molles, et un