Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/200

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
200
LA NOUVELLE CHRONIQUE

mes, que je m’en vais fouiller cette maison jusqu’à ce que j’y parvienne.

— Où est votre ordre de perquisition ?

Holmes sortit à moitié un revolver de sa poche.

— Provisoirement, ceci m’en tiendra lieu.

— Vous n’êtes qu’un cambrioleur vulgaire.

— Si vous voulez, fit Holmes, gaiement. Mon compagnon est, lui aussi, un dangereux visiteur. Et nous allons ensemble explorer votre domicile.

Peters ouvrit la porte.

— Allez chercher un policeman, Annie ! cria-t-il.

Un frou-frou de jupes courut le long du corridor, la porte du vestibule s’ouvrit et se referma.

— Nos instants sont comptés, dit Holmes. N’essayez pas de nous faire opposition, Peters, il vous en cuirait. Où est le cercueil qu’on a apporté dans cette maison ?

— Que vous importe ? Ce cercueil a déjà reçu son emploi. Il contient un corps.

— J’entends qu’on me montre ce corps.

— Jamais, moi consentant.

— Je me passerai donc de votre consentement.

Écartant l’homme d’un geste rapide, Holmes passa dans le vestibule. Nous avions devant nous la porte de la salle à manger, entr’ouverte. Nous entrâmes. Sur la table reposait le cercueil, éclairé par un candélabre qu’on n’avait allumé qu’à moitié. Holmes, ayant remonté le gaz, souleva le couvercle. Le cercueil était extrêmement profond, et dans sa profondeur gisait une forme émaciée ; un visage vieilli, flétri, apparut sous les lumières. Non certes, il n’était pas possible que les cruautés, ni les privations, ni la maladie, eussent fait de la belle lady Frances une semblable ruine. Holmes laissa voir son étonnement, et aussi son soulagement.

— Grâce à Dieu, murmura-t-il, ce n’est pas elle.