Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/220

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
220
LA NOUVELLE CHRONIQUE

juré qu’il y passait un sourire d’une abominable malice ; mais je me persuadai que c’était là simplement une contraction nerveuse, car à l’instant même il se retournait vers moi d’un air de sincère intérêt.

— Je suis désolé de ce que vous m’apprenez, dit-il. Je ne connais M. Holmes que pour avoir eu avec lui quelques rapports d’affaires ; mais je professe une grande estime pour ses talents et son caractère. Il poursuit le crime comme moi la maladie. À lui le coquin, à moi le microbe. Voici mes prisons…

Ce disant, il désignait un certain nombre de flacons et de bocaux rangés à côté de lui sur une table.

— Parmi ces cultures gélatineuses, quelques-uns des pires ennemis de l’humanité sont en train de « faire leur temps ».

— C’est parce qu’il connaît votre compétence spéciale que M. Holmes voudrait vous voir. Il a de vous une haute opinion et considère qu’il n’y a que vous à Londres pour lui venir en aide.

Le petit homme sursauta, sa calotte glissa de sa tête.

— Comment cela ? Comment M. Holmes pense-t-il que je puisse l’aider dans ses ennuis ?

— À cause de votre expérience en matière de maladies orientales.

— Mais d’où vient qu’il attribue un caractère oriental à sa maladie ?

— De ce que certaines recherches professionnelles l’ont obligé de travailler parmi des marins chinois dans les docks.

M. Culverton Smith fit un aimable sourire, et se penchant pour relever sa calotte :

— En vérité ? dit-il. J’espère pourtant que l’affaire est moins grave que vous ne le supposez. Depuis combien de temps M. Holmes est-il malade ?