Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
23
DE SHERLOCK HOLMES

barquer pour l’Afrique, j’en suis revenu, ce matin, à la première nouvelle du drame, afin d’apporter mon aide à l’enquête.

Holmes releva les sourcils.

— Et pour cela vous avez manqué votre bateau ?

— Je prendrai le suivant.

— Sapristi ! voilà de l’amitié.

— Je vous ai dit que les Tregennis et moi étions parents.

— Oui, cousins, par votre mère. Aviez-vous déjà votre bagage à bord ?

— Une petite partie seulement ; la plus grande était encore à l’hôtel.

— Ah, bon ! Cependant, les journaux du matin, à Plymouth, n’avaient pu avoir connaissance de l’événement ?

— En effet, monsieur. J’ai été prévenu par une dépêche.

— Oserais-je vous demander qui vous l’avait envoyée ?

— C’est bien de la curiosité, monsieur Holmes.

— Métier oblige.

Le docteur Sterndale dut faire un effort pour dominer son trouble.

— Je ne vois pas d’inconvénient à vous satisfaire, dit-il. La dépêche qui m’a rappelé venait de M. Roundhay, le vicaire.

— Merci, dit Holmes. À la question que vous me posiez tout à l’heure, je répondrai que je n’ai pas encore suffisamment éclairci mes idées sur cette affaire, mais que j’ai bon espoir d’arriver à une conclusion. Il serait prématuré d’en dire davantage.

— Sans doute n’ai-je pas à vous demander si vos soupçons ont une direction précise ?