Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
56
LA NOUVELLE CHRONIQUE

Nous restâmes un moment silencieux après le départ de nos visiteurs. Holmes fumait comme il fume dans ces moments-là, les sourcils tirés au-dessus des yeux vifs, la tête jetée en avant, dans cette posture qui, chez lui, est si caractéristique.

— Eh bien, Watson, me demanda-t-il soudain, que vous semble de tout cela ?

— Si vous parlez de la mystification dont Scott Eccles a été l’objet, je ne sais que vous dire.

— Je parle du crime.

— À cet égard, étant donné la disparition des deux serviteurs de la victime, je crois qu’ils sont plus ou moins de connivence dans le meurtre et qu’ils ont fui pour échapper à la justice.

— C’est un point de vue. Toutefois, vous ne manquerez pas de vous étonner qu’ils se soient entendus pour tomber sur lui la nuit même où il y avait un invité dans sa maison. Ils le tenaient à leur merci toutes les autres nuits de la semaine.

— Alors, que signifie leur fuite ?

— En effet, que signifie leur fuite ? C’est un fait très important. C’en est un autre que la mésaventure de notre client Scott Eccles. L’esprit humain n’a-t-il pas, mon cher Watson, assez de ressources pour fournir une explication qui s’étende à l’un et à l’autre faits ? S’il y en avait une qui, par-dessus le marché, englobât le billet mystérieux et sa phraséologie spéciale, elle mériterait, certes, qu’on l’acceptât comme hypothèse temporaire ; et si, enfin, il venait à notre connaissance des faits nouveaux qui s’y ajusteraient encore, notre hypothèse deviendrait une solution.

— Mais quelle est-elle, notre hypothèse ?

Holmes se renversa sur sa chaise, les yeux mi-clos.

— Vous admettrez, mon cher Watson, que l’idée