Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/70

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
70
LA NOUVELLE CHRONIQUE

entreprise ? Il me semble que jusque-là nous sommes en terrain sûr.

« Quant à la disparition des gens de Garcia, nous y voyons maintenant une raison : c’est qu’ils étaient de connivence dans le crime. Le crime accompli, Garcia n’avait qu’à s’en revenir chez lui, le témoignage de l’Anglais le garantissait contre les soupçons, tout allait le mieux du monde. Mais l’exécution du crime offrait des dangers ; si Garcia n’était pas de retour à une certaine heure, cela signifierait sans doute qu’il était mort ; dans ce cas, ses mesures étaient prises, ses complices se réfugieraient en un lieu convenu d’avance, où ils échapperaient aux recherches et se tiendraient prêts à renouveler ultérieurement l’attentat. Voilà, n’est-ce pas, une interprétation plausible des faits ?

Le compliqué devenait simple ; comme toujours, je m’étonnais de n’y avoir pas plus tôt vu clair.

— Mais à quoi répond le retour de l’un des domestiques ?

— Nous pouvons imaginer que, dans la confusion de la fuite, ils avaient oublié derrière eux quelque chose de précieux, quelque chose dont ils n’acceptaient pas de se séparer : c’est, je crois, une explication très suffisante.

— Bien. Mais ensuite ?

— Ensuite, j’arrive au billet reçu par Garcia durant le dîner. Il montre qu’à l’autre bout du fil se trouve un autre complice. Mais où est l’autre bout du fil ? Je vous le disais tout à l’heure, il ne peut être que dans une grande maison voisine, et le nombre des grandes maisons voisines est restreint. Dès les premiers jours de notre arrivée dans le village, j’ai fait des promenades, au cours desquelles, tout en me livrant à mes recherches botaniques, je reconnaissais les grandes mai-